lundi 30 septembre 2013

Brutalisme coréen

Aujourd'hui, partons un peu loin, partons en Corée.
Je vous propose de voir deux objets un rien mystérieux par leurs formes et par leur puissance.
Deux objets de béton, brutalistes.



Nous sommes à l'arrière de l'Hôtel Tokyu à Gyungju.
D'ici les volumes apparaissent totalement fermés et seule la façade par ses creux aux niveaux inférieurs  brise ce sentiment de bunker gris !
On aimera tout particulièrement la volée d'escalier et le petit volume sculptural à l'entrée qui doit être (?) une bouche d'évacuation de la climatisation.







Mais ne nous laissons pas berner par cette face très expressive et très dure car l'autre face de l'Hôtel Tokyu est, elle, beaucoup plus ouverte ! Je vous laisse aller voir sur ce site la décoration superbe et brutaliste de cet hôtel aujourd'hui...
Mais, alors même que cet hôtel (Concorde maintenant) jouit d'une vue et d'une façade sur un lac très pittoresque, on s'amusera que la carte postale choisit de nous montrer cette façade et son parking... Je n'ai pas d'information à vous donner sur les noms des architectes.
Sur la colline :



Ce bar (ou restaurant) est posé sur une colline qui domine Séoul. Malgré sa très grande originalité due à une forme de pyramide posée sur la pointe, malgré sa situation exceptionnelle, je n'arrive à avoir comme information sur cette beauté brutale de béton que sa transformation en restaurant à Pizza !
Pourtant, il ne fait aucun doute, qu'un tel monument aussi marqué a dû bénéficier d'une fortune critique... mais où ?
Restons donc sur cette carte postale qui nous permet tout de même de saisir la structure de l'ensemble, son traitement de béton, le beau dessin de cette forme qui permet à tous les niveaux du restaurant d'avoir une vue imprenable sur Séoul.
J'imagine que c'est bien là que les pizzas quatre saisons ou la Margarita sont les meilleures du Monde car nos amis coréen savent prendre partout les bonnes leçons que ce soit pour la pizza comme pour l'architecture !
Pour ce qui est de l'architecture, nous resterons sur notre faim et le mystère coréen de l'architecture brutaliste restera complet.
Nous noterons que l'éditeur de ces deux cartes postale est WooJin Press.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire