vendredi 20 septembre 2013

Madame la Ministre de la Culture, s'il vous plaît...

Nous recevons cette lettre ouverte adressée à Madame la Ministre de la Culture, nous la diffusons, nous la soutenons :

Madame la Ministre,

En qualité de porte-parole du collectif qui milite en faveur de la préservation de la halle de Fontainebleau, je viens vous dire que nous ne comprenons pas l'attitude du Ministère.

En dépit de courriers répétés, du soutien inconditionnel de quinze Grands Prix de l'Architecture et de l'Urbanisme, distingués par les ministres qui vous ont précédée, d'ingénieurs de renom international, de la S.P.P.E.F., reconnue d'utilité publique et, plus récemment, de l'appui expressément formulé par le Ministre Jack Lang, nous ne percevons à trois jours du démantèlement de l'édifice aucune réaction de votre part.

L'erreur d'appréciation manifeste qui selon nous entache votre décision d'abroger fin juillet l'instance de classement du 5 mars 2013 donne donc lieu aujourd'hui au recours contentieux et au référé que nous déposons en ce moment même auprès du T.A. de Paris.

Le collectif et l'ensemble des personnalités que j'ai l'honneur de représenter déplorent d'avoir à assumer des responsabilités qui vous incombent : la préservation du patrimoine du XXe siècle auquel vous venez lors des journées du patrimoine de manifester votre attachement.

Une conférence de presse s'improvise dimanche prochain 22 septembre au marché de Fontainebleau à 11h30 et nous appelons par cette lettre ouverte tous ceux que le sort de cette rare et précieuse nef de béton construite par Henri Bard et Nicolas Esquillan (concepteur des voûtes du CNIT à la Défense) en 1942 préoccupe, à nous rejoindre place de la République, plus connue - pour quelques jours encore - sous le nom de place du Marché.

Convaincu que le différend qui nous oppose aujourd'hui ne peut que reposer sur un malentendu, j'anticipe et me réjouis de ce temps - je l'espère prochain - où nous travaillerons tous ensemble dans le même sens.

Les circonstances en offrent une occasion immédiate. Pouvons-nous vous prier de veiller à rendre exécutoire le référé suspensif - c'est-à-dire faire surseoir de quelques semaines la démolition de la halle - jusqu'à ce que le T.A. de Paris tranche définitivement l'affaire, sans doute d'ici au début du mois d'octobre ?

Veuillez croire, Madame la Ministre, à l'expression de ma très profonde et très  sincère considération.

Jean-François Cabestan
porte parole du collectif en faveur de la préservation du marché couvert de Fontainebleau


Nous, Comité de Vigilance Brutaliste nous nous joignons à ce courrier et ajoutons :


Il faut aussi, Madame la Ministre, vous occuper de tout cela, s'il vous plaît :

École de Gond-Pontouvre : Chaume architecte, Prouvé constructeur.
Siège Novartis, Rueil-Malmaison : Martin Burckhardt et Bernard Zehrfuss.
Usine FAMAR, Orléans : Jean Tschumi.

Et combien d'autres ?

Et, alors que vous faites des déclarations en faveur du Label Patrimoine du XXème siècle, considérez que la parole politique c'est avant tout des actes.
Agissez ! C'est urgent ! 
Vous en avez le pouvoir et la responsabilité.

http://www.lemoniteur.fr/159-culture/article/actualite/22371107-patrimoine-les-annonces-d-aurelie-filippetti

Aucun commentaire:

Publier un commentaire