jeudi 20 mars 2014

Panorama-sur-plinthe

Gilles regardait maintenant la vue depuis cette fenêtre et il voyait les automobiles en bas, tournant sur la Place Clémenceau de Pau, comme ses Norev dans sa chambre.
Au début ce fut difficile de quitter Pantin, il avait surtout peur d'être séparé de Momo, mais quand son père lui apprit que Momo et sa mère les accompagneraient dans cette nouvelle vie, Gilles trouva l'aventure attrayante !
Il continuait encore et encore à interroger le monde et son surnom de Monsieur Pourquoi lui allait toujours bien.
"Pourquoi qu'on déménage ?"
"Pourquoi que Momo il vient finalement ?"
"Pourquoi Pau que c'est écrit avec une faute d'orthographe ?"
Jean-Michel, son père, répondait à tout. Il venait enfin d'obtenir ce poste d'ingénieur dans le B.T.P et il devait suivre les chantiers. Le jeune ménage avait donc décidé de revenir finalement dans sa région d'origine et comme il y avait du travail et de l'argent, on emmena Mohamed et sa mère, qui trouva également à Pau une place de vendeuse dans une boutique de chaussures.



Gilles surveillait toutes les DS Citroën qui se garaient en bas, surtout les bleues glacier, la couleur de celle de son père. Il attendait son retour avec Mohamed. Chaque fois, Jean-Michel revenait de ses déplacements avec une nouvelle Norev pour chacun des garçons et une carte postale représentant son chantier s'il y en avait et Momo et Gilles s'en servaient comme décor pour un diorama étrange et malhabile qui courait punaisé sur la plinthe de la chambre et se poursuivait sur l'armoire de bois blanc et même la porte !
Il y avait là, ajustées au mieux pour tenir le paysage imaginaire, des cartes postales de l'Hôtel Ruspina de Monastir en Tunisie, La Place Gramsci à Mantoue et Gilles se fit expliquer pourquoi il est écrit Mantova au dos et pas Mantoue, une carte postale de Hanovre dont Gilles trouvait amusant que le R soit mal placé sur la carte pour former HannovER,



mais il aimait surtout la belle Coccinelle "voquevagzen", une carte de la piscine de Mantes-la-Jolie avec son pont dont Gilles était si fier car c'était bien Jean-Michel qui avait surveillé la qualité du béton, une carte de Mourenx et son panaro...anapora...pamarona...Pa no ra ma ! Reprenait sa mère ! Gilles avait été déçu par le noir et blanc mais Momo avait eu l'idée d'y mettre de la peinture plus tard.
Enfin, les deux cartes postales qui faisaient le plus rêver les deux garçons étaient celles de l'Atomium de Bruxelles que leur père avait visité avec la délégation française de son entreprise. Jean-Michel avait ramené deux cartes, une pour chacun des garçons qui parlaient de l'atome comme de vrais petits spécialistes et jouaient aux grands scientifiques en mêlant dans leur conversation tous les mots compliqués qu'ils connaissaient et en inventaient même !
"après l'explosion des protons supertotal, y aurait un flou objectif qui souderait les bétons dans la couche interstellaire"
disait Gilles.
"et que même les cosmonautes en métalite y pourraient y prendre leur laser pour tourner autour de la planète orbitale atomique."
reprenait Mohamed.
On riait et surtout, tout le monde s'impatientait du futur voyage car, Jean-Michel l'avait promis, ils iraient tous, dans la DS bleue glacier voir l'Atomium l'été prochain.

Un grand merci à Laurent Patart qui nous a permis de raconter cette belle histoire grâce à sa donation généreuse ! Merci !


 Pau, Place Clémenceau, éditions REX.


Hôtel Ruspina, Monastir, Tunisie, éditions Société Carthage.


Mantova, Place Gramsci, éditions Cartoleria Rossi


Hanovre, éditions Hans Andres Verlag


Mantes-la-Jolie, la Seine et la Piscine, éditions Combier.



Mourenx, panorama que l'on découvre de la ville en haut du château d'eau, éditions Vincent.


Atomium, Bruxelles, éditions SOMINEX :




Aucun commentaire:

Publier un commentaire