mardi 15 avril 2014

Carnet de ville Montreuil




Je reçois de la part de Franck Kirch, un bel envoi plein de documentations dont nous aurons à reparler et qui nous serons sans doute utile.
Dans cet envoi, une petite boîte de carton fait la belle. Scellée par un bandeau qui annonce son contenu, on peut y lire : Carnet de ville, Montreuil. Mehdi Zannad. Maison de l'Architecture de Lorraine.
J'hésite à couper l'étiquette pour accéder à l'intérieur mais il le faut !
Bien évidemment, le format et la boîte elle-même me rappellent d'autres types d'éditions que j'ai partagées avec vous et notamment la très belle édition de Frédéric Lefever. Je m'attends donc à trouver à l'intérieur des cartes postales... Presque... Il y a d'abord, contrecollé dans le couvercle, le plan de la ville de Montreuil permettant de localiser les images puis immédiatement, les cartes sont disposées en paquet.





La première sur la pile est une photographie du carnet de dessin de Mehdi Zannad. On reconnaît un Moleskine qui me fait immédiatement penser à Claude Lothier et son dessin quotidien. Au dos de celle-ci, l'artiste nous explique la démarche et l'objet de ce carnet. Je vous le donne à lire. Je retiens surtout "l'éblouissement est toujours à portée du regard - surtout quand l'environnement est neuf, comme ici à Montreuil, où je viens de m'installer."



J'aime aussi son désir de lenteur et la tranquille détermination du regard. On entend en quelque sorte les dessins parler d'autant plus qu'au dos des dessins sont imprimés des commentaires entendus par le dessinateur lors de sa pose. C'est très élégant, simple et donc difficile. On aime les panneaux vidés de leur sens, laissés comme des ponctuations solides dans l'image. Les poses longues ne chargent pas le papier et les dessins tiennent la respiration. Voilà qui nous change de la photographie froide et objectivement (in)déterminée.
Ce que fait Mehdi Zannad c'est simplement reprendre la rue. C'est un bel objet, un beau regard.
D'un point de vue éditorial, rien à dire. La boîte en carton sans luxe fait bien écho à l'objet et à la ville. Le tirage des dessins est parfait, d'une grande lisibilité. Le plan fait son usage. On comprend l'objectif, on se régale de pouvoir y retourner.
Monsieur Zannad, faites-en d'autres !
Un petit détail tout de même, les cartes ne sont pas divisées au dos comme des cartes postales, elles ne présentent rien qui suggère une telle utilisation. Mais les signes de cette préoccupation sont visibles et, finalement, qu'importe, quand c'est beau...
Et puis, il y a le mystère des vues n°22 et n°23... Elles représentent le même dessin mais sont localisées à deux endroits différents... La bonne localisation étant celle du n°23, il s'agit sans doute d'une erreur, d'un glissement d'image ! Quel dessin oublié dans le carnet de Monsieur Mehdi Zannad attend maintenant d'être montré ? Mystère !



Je vous présente seulement quelques images sur la quarantaine ! Je suis un peu las du scanner ! Et le mieux, c'est de vous procurer très vite c'est belle édition en vous adressant à la Maison de l'Architecture de Lorraine qui a su soutenir là un remarquable travail.
Je mettrai aussi des vues de Street-View pour jubiler non pas d'une comparaison mais du plaisir à voir, à voir encore et toujours la ville.
Pour voir l'artiste au travail, vous trouverez sur son site une vidéo et aussi une page de gravures magnifiques et qui, évidement, me touchent tout particulièrement !
Nous reste à remercier vivement Franck Kirch pour cette belle découverte. Merci Franck !

Cliquez sur l'image pour voir la vidéo:



Vue n°4 :




Vue n°5 :




Vue n°8 :




Vue n°9 :




Vue n°13 :




Vue n°21 :



Voici la fameuse vue 22 et 23 :




Ici, impossible de refaire le même point de vue, car le dessin de Mehdi Zannad fut réalisé dans le parc et la Google Car n'y pénètre pas ! Nous avons réussi tout de même à retrouver la grande tour :






Vue n°35 :





Vue n°40 :


http://zannad.fr/montreuil

Aucun commentaire:

Publier un commentaire