mercredi 14 août 2013

Un Palais des Congrès rouennais et disparu


Nous avons en son temps (celui de sa destruction) parlé de notre attachement pour le Palais des Congrès de Rouen, œuvre de Dussaux (Dusseaux ?) son architecte.
Nous avions chanté sa belle opposition stricte à la Cathédrale, sa façade superbement claire et rythmée, sa grille massive faisant un écho sans concession à l'architecture hétéroclite et de collages de cette Cathédrale peinte par Monet et, aujourd'hui peinturlurée de lumières le soir venu car le silence de la nuit ne suffit plus aux touristes pour regarder cette merveille.
Nous allons revenir donc sur cette belle œuvre, d'abord une carte postale qui lui est totalement dédiée, je veux dire, une carte postale qui n'est pas une vue multiple.



La carte postale Iris pour la Cigogne vise en effet plein cadre, le Palais des Congrès. On devine bien à droite de l'image la Cathédrale encore enfumée comme un lavis de Victor Hugo avant qu'elle ne soit blanchie comme du sucre sans doute pour mieux servir d'écran aux projections du soir. On devine qu'à cette période les automobiles venaient au pied même des deux édifices, aujourd'hui cela est impossible et c'est heureux. Regardez, une Renault 4 pourrait presque entrer dans la Cathédrale !



On s'étonne aussi qu'à la gauche du Palais des Congrès de Rouen on puisse encore percevoir ce pignon à colombages...
Dans le livre Histoire de Rouen, 1958-1983 de Mr Pessiot, on trouve quelques images de la construction du Palais des Congrès et qui nous donne comme date de construction juin 1975. Nous sommes donc juste après. On y apprend également que le très beau conservatoire national de musique de Rouen est aussi l'œuvre de Mr Dussaux.



J'avais, sachant sa destruction prochaine, réalisé quelques photographies stéréoscopiques de ce Palais des Congrès nous le donnant maintenant à voir dans la réalité de ses volumes et dans le plaisir de son souvenir.
Aujourd'hui, il est d'un point de vue architectural totalement inutile de vous parler de ce qui a été construit à sa place.
Pour voir en relief, louchez vers l'extérieur et concentrez-vous ! Oui ! Ça y est ! Vous voyez !







Aucun commentaire:

Publier un commentaire