dimanche 19 janvier 2014

Le rocher de Gottfried Böhm

Et si nous allions à l'église ce matin ?
Et si nous découvrions un rocher primitif ?
Et si nous allions dans une grotte ?
Nous pouvons faire tout cela en allant en un seul endroit : Neviges.
Il y a en ce lieu l'église de l'architecte Gottfried Böhm !
Regardons :


La carte postale de Willi Flöth nous montre en noir et blanc cette incroyable église qui m'évoque chaque fois ces rochers dans les peintures primitives italiennes entre un Sassetta ou un Uccello. 

Sassetta, Musée du Louvre, peut-on faire plus radical comme architecture ?














Paolo Uccello, St Georges terrassant le Dragon.

Comme coupées à la serpette, au fil à beurre dans une masse, les pans tranchants de la construction lui donnent un caractère sévère et dur et très fermé au monde extérieur. L'architecte sans aucun doute joue avec des images bien plus qu'avec des espaces, voulant ici faire signe, identité, écho à un imaginaire.


Il s'agit bien plus d'une sculpture que l'on pénètre que d'une architecture. Je crois bien que le choix du noir et blanc ici tente d'accentuer encore cette position, ajoutant au mystère de ce que l'on voit.
Mais justement, pénétrons :


Cette carte postale en couleur est de K. Karrenberg et elle nous donne comme titre : Neue Wallfahrtskirche à Neviges, l'architecte est nommé Prof. G. Böhm, Köln.
L'espace semble soudain bien plus ouvert, plus large et même si l'effet sculptural est bien encore présent, tout est tout de même un peu plus apaisé.
On s'étonnera de ce grand lampadaire à droite qui monte très haut pour éclairer quelques chaises pour des personnalités religieuses de premier ordre si on en croit l'estrade et le tapis rouge !
La verticale du grand vitrail est presque étrange dans sa normalité et le photographe a sans doute péché par un trop grand éclairage qui écrase les formes et ne joue pas assez avec les ombres possibles de ce lieu. On devine une source de lumière puissante cachée derrière la chaire de prêche.
On est à l'évidence dans un expressionnisme franc qui ferait une sorte de relais formel entre Rudolf Steiner et son Goetheanum et Claude Parent et Paul Virilio et  l'église de Sainte Bernadette du Banlay. Le territoire puissant de l'évocation, de l'icône, de l'image... parfait donc pour faire une église.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire