mardi 8 mars 2016

Lettre ouverte à Madame Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication

Merci de lire, diffuser, copier, d'envoyer cette lettre si vous aimez vraiment l'architecture de Monsieur Claude Parent et le Patrimoine architectural moderne et contemporain :

Madame Azoulay,
Ministre de la Culture et de la Communication


Madame la Ministre,

je me permets de vous adresser cette lettre ouverte.
Le décès récent de Monsieur Claude Parent a jeté une lumière particulière sur l’œuvre de ce très grand architecte. Les échos venus du monde entier à l’annonce de cette perte prouvent l’attachement que le monde de l’architecture pouvait avoir pour Monsieur Parent, ses constructions, ses théories.

L’œuvre de Monsieur Parent, à ce titre, mérite bien les protections déjà effectives sur certaines de ses constructions parmi les plus importantes du XXème siècle. Nous savons, Madame la Ministre, comment c’est là l’une des plus belles et nécessaires manières de donner à voir et à lire dans le réel ce que cette pensée architecturale a d’original, de complexe mais aussi et surtout de juste.

Depuis quatre longues années maintenant, une demande de classement est en cours pour le centre commercial de Ris-Orangis, œuvre essentielle et représentative du travail de Claude Parent sur les centres commerciaux. On sait comment malheureusement ce type de programme architectural est souvent encore aujourd’hui d’une extrême pauvreté, on sait aussi comment la banlieue parisienne souffre d’une image qui ne valorise pas toujours ses espaces, ses constructions. Il y a là l’occasion, Madame la Ministre, pour vous et votre ministère de démontrer votre attachement à ces territoires, à leur histoire et à leur Patrimoine. Il y a dans la demande de classement de Ris-Orangis l’occasion forte d’envoyer un message au monde architectural et de dire votre reconnaissance à une période de son histoire souvent déconsidérée alors même qu’elle est en France l’une des plus riches.

On sait les attaques injustifiées et surtout sans égards que de nombreuses constructions de cette période ont subi depuis quelques années. On sait comment toute une partie de ce Patrimoine, parfois ayant même obtenu un Label Patrimoine du Vingtième Siècle, a été malmenée, détruite, détériorée sans que cela ne semble poser aucun problème. L’œuvre de Monsieur Parent fait d’ailleurs partie de celles attaquées avec, par exemple, la destruction honteuse et malheureuse du très beau centre Thomson-Houston, pourtant seule autre construction réalisée par Claude Parent en collaboration avec Paul Virilio. C’est une perte impardonnable pour la Région Ile-de-France. On sait l’état d’abandon (toujours en Ile-de-France) de la très belle Fondation Avicenne dont la restauration devra être entamée rapidement et dans le plus strict respect de l’œuvre de l’architecte.


Au-delà du cas particulier de l’œuvre de Monsieur Claude Parent, il est question ici de l’avenir d’une politique patrimoniale pour nos constructions du Vingtième siècle. Quel avenir pour le Label Patrimoine du Vingtième siècle ? Quelle place et quelle politique votre Ministère accordera au maintien de cette histoire récente de l’architecture sur notre territoire national ? Quelle impulsion nouvelle et nécessaire sera donnée par votre politique ?
Je me permet donc Madame la Ministre de vous interpeler en tant que citoyen sur ce sujet en espérant votre soutien pour le classement du centre commercial de Ris-Orangis mais plus généralement pour l’ensemble de la production de l’architecture des Trente Glorieuses.
Après maintenant quatre longues années d’attente du traitement de cette demande, cela serait une belle et utile occasion de rendre un hommage national à Monsieur Claude Parent, cela serait un signe de votre attachement à ces territoires, cela serait, enfin, l’espoir d’une requalification de cette période de l’histoire de l’architecture.

Vous en avez le pouvoir et donc la responsabilité.

Je vous remercie, Madame la Ministre, de l’attention, j’en suis certain, que vous porterez à ce courrier, à notre combat, à cet espoir.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’Expression de ma Considération distinguée.

David Liaudet






Pour tout de même tenir les engagements de ce blog, je vous propose ce jour, une carte postale (ici inédite) d'une œuvre de Claude Parent, œuvre malheureusement détruite depuis longtemps...


























Il s'agit de la Maison des Jeunes et de la Culture de Troyes. On comprend rapidement que cette carte postale est surtout l'occasion de faire des entiers philatéliques avec carte postale, timbre et tampon du premier jour de la Poste. On remarque en effet que le timbre est aussi un dessin d'une autre façade de cette Maison des Jeunes et de la Culture.





On s'amuse de la représentation de la jeunesse de Troyes par le dessinateur du timbre, jeunesse installée autour d'une Mobylette ou assise sur la pelouse !
La photographie très pure et très vide d'une grande beauté est du Studio Albert à Troyes ! Il est facile de dater l'ensemble... 1965.
Vous trouverez sur ce lien un excellent et vivant article sur l'importance de ce lieu :
http://www.jschweitzer.fr/vie-%C3%A0-troyes/maison-des-jeunes-et-de-la-culture/

On peut y lire cette phrase de l'auteur de l'article  qui pourrait avec humour expliquer les divergences futures entre Monsieur Parent et Monsieur Virilio !
" Une de mes principales fiertés fut lors des événements de Mais 68 : Troyes est restée calme." (sic !)

Pour revenir à Ris-Orangis, je vous rappelle que la pétition et les cartes postales de soutien sont toujours disponibles. Les cartes postales sont gratuites et envoyées sur simple demande de votre part.
Ne lâchons rien ! Soyons militants !

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2012N29781



Aucun commentaire:

Publier un commentaire