vendredi 28 février 2020

Flaine, une excuse et un coupable

Parfois, on enrage.
On enrage contre le photographe de carte postale de n'avoir pas compris qu'il aurait pu faire le parfait cliché pour ce blog en se déplaçant un peu, en cadrant autrement. On dirait qu'il fait exprès de venir à proximité mais ne voit pas, ne comprend pas qu'il passe à côté de la parfaite carte postale.
Regardons :


Vous me demanderez de quoi je me plains en regardant cette carte postale. Le photographe resté anonyme cadre à la fois la neige, la montagne, le bâtiment de ce forum de Flaine et en plus il l'anime par les jeux des enfants et des beaux drapeaux qui ouvrent le premier plan. Alors ? Alors quoi ?
Mais voyons, vous ne voyez pas ?
Là, à gauche, dans l'ombre sombre des sapins ?


Vous ne voyez pas que la chapelle de Flaine, dessinée par Marcel Breuer est à peine visible ? Nous aurions tellement aimé la voir en plein cadre, regardée vraiment. Mais ne jetons pas la pierre à ce photographe. Il fait son métier et il nous permet finalement de regarder un espace désiré par Breuer, celui du Forum et cette chapelle, un peu oubliée est en fait à sa place, non pas comme la star de Flaine mais comme un élément parmi d'autres, comme le ciel, la neige, et ce vide qui circule entre le construit.
Enfin, je me rassure en pensant cela et si un jour, je tombe sur une carte postale ayant, cadrée seule, cette chapelle, il se pourrait bien que j'oublie celle-ci. Il est toujours difficile de rendre compte de l'architecture car elle n'est pas faite que d'objets saisis dans leur unicité. Elle est aussi faite des espaces entre ces objets. Et on pourrait bien croire que là, dans ce simple carton imprimé, le photographe des éditions Iris nous en dit bien plus sur la gestion spatiale de Flaine et donc sur le travail de Marcel Breuer que s'il avait isolé l'une de ses constructions.
Comme nous la voyons mal cette chapelle, il nous est difficile d'en chanter sa beauté, ses formes. On devine à peine ses trois volumes dont le campanile central qui semble avoir écrasé les deux autres volumes.
D'ailleurs on pourrait facilement ranger cette architecture dans la classe des monolithes offrant une esthétique qui se refuse à se dévoiler et faire comprendre son plan, ne donnant à voir que des faces sombres, percées comme au hasard dont la rudesse, les angles, la couleur voudraient agir comme un bloc fendu un peu raide : l'onirisme brutaliste de la masse. Reste cette étrange impression de poids lourd posé au centre ayant appuyé trop fort sur les deux autres volumes.  Je ne ne sais pas trop quoi penser de cet expressionnisme un peu trop revendiqué. Mais je ne peux juger. Et savez-vous pourquoi ? Parce que le photographe des éditions Iris n'a pas voulu mieux cadrer. Il faut bien, que voulez-vous, que je me trouve à la fois une excuse et un coupable.
Pour mieux voir cette Chapelle de Marcel Breuer et même en lire ses plans, je vous conseille ce site très complet :
https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/chapelle-oecumenique-de-flaine/2a9bca50-d680-4332-a631-7254f5def43a 
Pour une belle lisibilité des formes, je vous conseille la page du Centre Pompidou consacrée à la maquette de cette chapelle :
https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/crXLqb/rAbMeyK 
Pour revoir Flaine sur ce blog :
https://archipostalecarte.blogspot.com/search?q=flaine 
Pour revoir Marcel Breuer sur ce site :
https://archipostalecarte.blogspot.com/search/label/Marcel%20Breuer
Pour revoir ailleurs les très beaux jeux ici perdus dans la neige :
https://archipostalecarte.blogspot.com/2013/12/a-trappes-volumes.html

Vous savez comme j'aime Fillod et nous avons déjà eu la chance d'en voir à Flaine une belle implantation. Je vous donne donc cette nouvelle carte postales signée Cluses-Photo qui reprend le point de vue. La carte est intéressante car l'éditeur informe au dos son image de la sorte : Hébergement ouvriers de FLAINE. 
Il ne fait aucun doute que cette carte postale s'adresse surtout à eux, les ouvriers, heureux d'ainsi pouvoir montrer leur condition de logement pendant ce chantier.
On aime les camions qui circulent mais aussi les premiers plans où la nature semble chamboulée, racines, branches, cailloux sont à la renverse.
Nous aurions aimé trouver au verso une correspondance pour nous raconter les conditions de travail sur ce chantier...
Pour revoir Fillod sur ce blog :
https://archipostalecarte.blogspot.com/search?q=fillod 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire