mardi 9 décembre 2014

Petites choses

Rien de commun, rien.
À part la France, la photographie et la correspondance.
D'abord l'eau chaude :



Une belle et rouge et rare de cette couleur piscine Tournesol !
Elle a atterri à Charvieu en Isère.
Aujourd'hui peinte en blanc.
Dommage.
Les éditions Combier viennent bien chercher dans le cadre l'objet moderne de la ville, celui qui raconte sa jeunesse, sa sportivité.
On nous signale aussi dans la légende le C.E.S.
Tout à fait au loin, les bons yeux auront reconnu les magnifiques tours de refroidissement d'une centrale nucléaire. C'est celle du Bugey dont on se souvient ici avoir vu les Algeco.
C'est le paysage d'une France puissante.





Bien loin de là :



Nous sommes à Draveil, en Essonne devant la très belle toiture de la Chapelle Notre-Dame de la Paix. Comme une feuille de papier pliée et relevée dans un coin, la courbe fait l'événement architectural de cette petite chose religieuse comme un aileron de requin dans le bleu du ciel. C'est la grande souplesse du lamellé-collé.
L'éditeur Combier nous en donne tous les architectes : Messieurs E. Beaudoin, D. Boulanger, R.-G Chevenot, J. L'Hernault. On notera une faute d'orthographe sur ce dernier nom, faite par l'éditeur.
Beaucoup de monde pour une petite chose qui n'existe plus.
L'église est détruite en 2006... Ça nous rappelle quelque chose.



On ne tentera pas de faire de lien entre les deux constructions.
On ne racontera pas comment ces petites choses cachées, fragiles, loin des grands débats de l'histoire de l'architecture disparaissent, sont défigurées sans regret.
Pour les Piscines Tournesol, il est grand temps qu'un exemplaire soit maintenant protégé. Grand temps. Quel conservatoire des monuments historiques aura ce courage et dans quelle D.R.A.C ?
Pour le Patrimoine religieux moderne, la France est si riche que cette richesse certainement entraîne une indifférence. On fait des séminaires, des colloques pour chanter la richesse et puis rien, on laisse tomber.
Il y a maintenant des cas d'école, ça commence à se voir un peu beaucoup cette indifférence.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire