dimanche 26 juillet 2020

Pierre Pinsard c'est le Kirkeby français. (ou l'inverse)

Voilà un cas assez étonnant pour un grand architecte que nous aimons beaucoup ici sur ce blog : Pierre Pinsard. Nous l'aimons, Pierre Pinsard, aussi parce que je me suis fais la promesse de vous montrer un jour le très bel ensemble paroissial de Saint Jean-Baptiste-de-la-Salle à Rouen.
Mais aujourd'hui, je rassemble enfin trois cartes postales de l'une de ses très belles réalisations dans le Nord, à Maretz en particulier, la Chapelle Don Bosco.

Le collectionneur fonctionne toujours par collage, capillarité doucereuse, rassemblement patient. D'abord, il y a le hasard d'une première rencontre puis le désir d'en savoir plus et commence alors la quête de l'objet manquant.
C'est le cas ici pour ces trois cartes postales du même objet, cette Chapelle Don Bosco. J'ai d'abord trouvé la carte postale de la maquette du futur projet de cette chapelle. Vous savez comme nous aimons ici les cartes postales de maquettes et notamment celles d'églises modernes et contemporaines. Vous savez donc aussi que ces cartes servaient souvent pour des appels au don montrant la future réalisation aux paroissiens et censées déclencher par l'image un désir de participer financièrement à ce chantier. C'est bien le cas ici, la carte postale agit d'ailleurs comme une véritable déclaration du programme architectural de Pierre Pinsard !


On y voit selon l'esthétique toujours identique la maquette de la Chapelle perdue dans le noir du studio proposant un épiderme blanc et gris et des formes superbes, assumant pleinement son abstraction. Admirez déjà la jonction des espaces, comment le bâtiment va littéralement chercher les fidèles et comment le campanile est une sculpture dressée. Depuis ce point de vue, la future chapelle apparaît aussi comme très fermée, très close, les seules ouvertures sont des failles dans l'escalier de la toiture. La lumière du studio écrase un peu l'ensemble, tout est un peu éteint et le bois de la maquette ne laisse aucune chance à la lumière de former des ombres.
Mais nous avons de la chance. Si le Père Directeur de Binordy (?) remercie de manière un rien mécanique Madame Vagan pour son don, on note que le texte exprime aussi le projet architectural et également une partie de la carrière de l'architecte Pierre Pinsard ! Comme s'il fallait avec ce Curriculum Vitae rassurer le fidèle du sérieux de ses intentions... On a donc le programme et la description de l'ensemble, on note une attention particulière à la lumière dans la construction. Qui a écrit cette description ? Pierre Pinsard lui-même ? le Père Directeur ? Madame Vagan était-elle heureuse de ces explications et de ce projet ? Notons aussi que c'est Electric Photo à Busigny qui a réalisé ce cliché. Drôle de nom de studio. On imagine la maquette quittant l'agence de Pierre Pinsard à l'arrière d'une 2CV fourgonnette, être descendue puis montée dans le studio puis repartir vers l'agence. Petit détail amusant, sur cette carte de remerciement, la signature, le Madame et le nom de Madame Vagan sont bien manuscrits et donc personnalisés. Où est passée cette maquette aujourd'hui ?

Mais voilà une autre incroyable et belle découverte :


Cette carte postale toujours imprimée et éditée par Electric Photo nous montre bien le chantier de la chapelle Don Bosco. On sait comment je regrette toujours l'absence presque complète de cartes postales des chantiers. Seulement de très rares exceptions viennent troubler ce manque. On sait aussi comment souvent ce sont justement les chantiers d'églises qui sont représentés alors. En voilà une autre preuve. Mais comme ce cliché est beau ! Comme aussi il permet de comprendre le plan de la chapelle, sa fabrication, la beauté concrète de sa construction.
On peut donc comparer la déclaration d'intentions de la carte postale précédente et de l'état du chantier : briques et ciment armé sont bien utilisés. Les ouvriers maçons donnent aussi l'échelle. Ainsi figée dans un moment du chantier, cette chapelle me fait incroyablement penser aux magnifiques sculptures en briques de Per Kirkeby ! C'est incroyable !
La carte postale nous donne la date précise de la prise de vue : 1er juin 1964.
Proposition pédagogique : donner ce document de chantier à nos étudiants et leur demander de finir virtuellement le chantier. Puis comparaison avec la réalisation. Comment poursuivre librement une élévation ?

Comme moi, à ce stade, vous devez avoir envie de voir la réalisation finale... Comme moi, vous resterez sur votre fin... Aussi incroyable que cela puisse paraître, pour l'instant, je n'ai toujours pas trouvé de carte postale montrant la Chapelle achevée...C'est d'ailleurs cette attente qui a produit un si long temps de détente pour réunir les deux premières et pour que je comprenne que je possédais bien, dans un autre classeur, une vue intérieure de cette chapelle. Seulement l'intérieur...


Ma première interrogation face à cette très belle image, c'est, bien entendu, le traitement des briques ayant reçu un chaulage blanc. On note aussi la très grande beauté du mobilier sacré et de son autel qui, en pierre sombre, vient contraster fortement avec cette blancheur. Sur le mur on retrouve le travail des briques que nous percevions déjà sur le chantier.
Le petit pan de mur jaune à gauche est illuminé par l'ouverture que l'on voit très bien sur la gauche de la maquette.
Au dos, on retrouve le principe des remerciements mais cette fois c'est le Père Directeur Afrelle (?) qui signe. Electric Photo fait encore là un magnifique travail de photographie. Mais toujours pas de vue extérieure... en carte postale.
Restons optimistes et un jour nous trouverons bien cette carte manquante ou, mieux, nous la ferons ! 
 
 
Dernière minute ! Dernière minute !
Grâce à Serge Fruehauf, un fidèle et généreux lecteur Suisse, voilà que nous arrive une carte postale nous montrant l'église terminée ! On remarque qu'ils s'agit encore d'une carte de remerciement du même éditeur. Le photographe nous montre donc une belle construction solide dont l'expression plastique de la brique et du béton est remarquable. Comment ne pas tomber sous le charme d'une telle franchise ? On note que le dais de béton de l'entrée n'a pas été construit totalement. On devine que le photographe se met à l'ombre pour prendre la bonne lumière sur la construction. On a donc par la carte postale un programme complet d'architecture allant de la projection par la maquette, d'une vue du chantier, de vues intérieures et extérieures. C'est bien là une documentation. Merci Serge Fruehauf pour cette vision bien complétée du travail d'un excellent architecte peut-être encore trop peu connu.

Alors je me contente de vous donner une image de Wikipédia pour voir l'extérieur de cette Chapelle. C'est déjà bien.




2 commentaires: