lundi 1 avril 2019

Jocelyne Lestrade pose dans la cabine

Parfois, faut le dire, fouiller c'est utile.
Dans le classeur gris au-dessus des plans, il y a tout un tas de trucs inutiles pour nous pour mieux comprendre l'Agence Lestrade et on a tendance, un peu vite, à croire que rien d'intéressant ne se trouvera dans de tels classeurs bourrés de factures ou de notes de restaurant même si celles-ci permettent de mettre des dates sur des voyages et des déplacements.
Mais là, on trouve deux photographies perforées pour rentrer dans ce classeur et c'est assez exceptionnel pour deux raisons : l'objet et la personne qui s'y trouve.



L'objet c'est l'exceptionnelle cabine hôtelière de Ionel Schein, véritable précurseur de l'architecture mobile en plastique moulé. L'unité de l'objet est toute resserrée sur ses fonctions comme emballées dans une grosse carrosserie rappelant à la fois les caravanes ou les cabines de chantiers. On est surpris d'abord par le très beau dessin tout en courbes qui se referme bien sur lui-même comme gonflé, tendu depuis l'intérieur. La volumétrie est particulièrement soignée offrant depuis l'extérieur une lecture assez claire de son intérieur, la partie salle de bain venant en saillie protégeant et signalant l'entrée. On note la trichromie de la cabine qui par une teinte sur la partie touchant le sol, en allège aussi la masse et rend certainement dans l'esprit de Ionel Schein un esprit joyeux et ludique. On note aussi comment les percées et la lumière sont travaillées laissant l'intimité bien protégée.
On trouve facilement sur le site du FRAC Centre de très beaux documents sur ce projet :
http://www.frac-centre.fr/collection/collection-art-architecture/index-des-auteurs/auteurs/projets/inventaire-detaille-90.html?authID=171&ensembleID=558&page=1&sortby=dateCreation&dir=1

On remarque aussi que l'objet est présenté de deux manières différentes, l'une en entier et l'autre sous forme d'éclaté permettant au public de juger de l'aménagement intérieur sans avoir à y rentrer. Cette manière (celle des salons de l'automobile) permet aussi de laisser croire à un espace bien moins oppressant qu'il ne pouvait le paraître réellement car cette ouverture ne correspond absolument pas à la volumétrie intérieure... On note que des étiquettes viennent raconter encore les particularités de l'espace qui se veut modulable et pratique.
























Cette philosophie du minimum donnant le maximum par le jeu des rangements, des charnières, des mobilités est représentative d'un design ou tout est intégré refusant de fait l'ajout de mobilier, tout étant taillé dans le bloc pour économiser l'espace et la matière mais aussi les gestes et l'entretien. Une forme radicale du fonctionnalisme que la Modernité a chantée jusqu'à la caricature somptueuse et drôle d'une Madame Arpel dans sa cuisine.
Ici Madame Arpel c'est Madame Lestrade qui sert donc de cobaye pour montrer les possibilités de cette cabine hôtelière datée sur le document au stylo-bille du 8 novembre 1956 !
















C'est Jean-Jean qui a reconnu son arrière-grand-mère avec confirmation de son oncle Gilles et de son père Alvar. Mais pourquoi est-elle là ? Par amitié avec Ionel Schein ? Par hasard, s'amusant avec Jean-Michel Lestrade à poser lors d'une visite au salon de l'équipement hôtelier ? C'est sans doute la vraie raison ! Jocelyne Lestrade n'avait pas l'habitude d'intervenir dans les affaires de l'architecture de son mari sauf pour préparer des repas mémorables pour les équipes à la fin des chantiers ou les soirs tardifs de charrette. Tout le monde se souvient de ses soupes à l'oignon servies à deux heures du matin ! Il est certain que, même bien aménagée et pensée, cette cabine hôtelière de Ionel Schein ne lui aurait pas permis de faire ainsi de la cuisine pour toute une équipe !
Cela reste pour notre famille un excellent souvenir (et une sacrée surprise !), preuve aussi qu'elle savait s'amuser et un excellent document pour l'histoire de l'architecture mobile et en plastique.
David nous signale la similitude de cette cabine hôtelière avec celle de Jacques Carchon et Jean Fournier présente à Piacé :
https://www.piaceleradieux.com/oeuvres/capsule-plastique-edf/
Walid Riplet, J-J Lestrade.
ces documents étant familiaux, ils n'ont pas vocation à être copiés sans autorisation de la famille Lestrade. Nous remercions Dominique Magdelaine pour son aide.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire