samedi 16 août 2014

Chacun son tour

Alvar fouillait depuis un moment dans les revues et les livres de la bibliothèque de son grand-père. Il aimait venir ici depuis qu'il était enfant et que Jean-Michel son grand-père lui avait raconté les histoires de ses chantiers en regardant méticuleusement un à un les numéros de sa collection complète d'Architecture d'Aujourd'hui. Alvar savait bien d'où venait son prénom depuis qu'il avait sept ans et qu'avec ses grands-parents il était parti seul à Helsinki.



Soudain quelque chose tomba sur le sol, sortant un peu trop vite d'un numéro de l'année 1964. Alvar ramassa la carte postale et interrogea immédiatement Jean-Michel qui, tout en surveillant son petit-fils et le désordre joyeux qui suivait toujours ses visites, tentait de relire Les passagers du Roissy-Express.
-"Unieux, l'hôtel de ville d'Unieux, ça te dit quelque chose ? Papy ?"
-"Unieux certes oui ! Une erreur de jeunesse !"
-"Comment ça ? Une erreur ?"
-"Regarde bien les pilotis, là tu vois ? Bon, imagine, qu'ils soient trop courts et trop maigres..."
-"Tu veux dire Papy que tu te serais planté ?"
-"Et comment ! J'espère pour eux que c'est toujours debout !"
-"Non... tu déconnes...."
-......
-"Pardon, j'veux dire tu as fait une erreur ? Là ?"
-"Oui. Bon, rien de grave, mais ce qui est marrant c'est que c'est le maçon, un polonais de mon âge qui me le fit remarquer. Il trouvait que c'était un peu léger à la sortie de la première coulée..."
-"La vache !"
-"Oui... Structurellement ça allait mais la gueule que ça avait ! Bon, le reste ce n'est pas moi. Le dessin de la grille c'est mon copain qui le fit vite, en charrette, un soir. Il demanda à sa copine de l'époque ce qu'elle en pensait et comme ils étaient pressés tous les deux d'aller au cinéma voir Bébel dans L'homme de Rio, il fit vite un sort au dessin. Il était content, il avait même placé une pendule !"
-"Tu me charries.... Non ? Oh Putain...."
-......
-"Pardon.... Et Papa connaît cette histoire ?"
-"Mohamed, oui, il connaît l'histoire. Je l'avais traîné avec moi et ton oncle Gilles sur le chantier."
-"Et tu es retourné voir ?"
-"Certainement pas ! D'ailleurs cette carte c'est le maire qui me l'avait envoyée à l'époque tout content de sa mairie moderne ! T'imagines, le fou rire à l'agence ! On avait même un petit jeu entre nous pour un chantier un peu vite fait. On disait : "fais pas d'Unieux !"
- "Envieux ? Unieux ! Délire ! Et si on allait voir ce que c'est devenu ?"
-"J'ai un livre à finir et pas très envie d'aller aussi loin... sur mes errements de jeunesse...."
-"Mais on peut y aller sans y aller avec Google."
-"Goût gueule ?"
-"Papy... je t'ai déjà montré... l'ordi... Google... les plans...."
-" Ah ! Oui... tes machins sur écran. Moi, j'aime mieux mes revues. Bon alors ? On regarde ?"
-"C'est toujours debout !"
-" Oui ! Dis donc, finalement c'était pas si mal. On avait bien soigné le dégagement sous les pilotis, on avait fait un beau travail pour soulever le bâtiment. Regarde-moi ça comment ils ont bouché tout, ces cons."
-"Ba.... Papy.... Enfin..."
-"Chacun son tour."











Aucun commentaire:

Publier un commentaire