dimanche 22 avril 2018

I shake it off

On peut aller à la piscine pour tout un tas de bonnes raisons allant d'un désir de remise en forme, de compétition, de jeux aquatiques divers. On peut y aller pour des raisons moins avouables où l'examen des structures porteuses de l'édifice fait concurrence à l'examen bien détaillé d'autres structures élégantes.
Je le dis tout net : j'aime tous les plaisirs de la natation à la piscine.
Depuis le clip de Bronski Beat en 1984 où Jimmy Somerville fréquente la piscine pour d'autres raisons que la natation, j'ai compris un peu mieux qui j'étais. Je regardais avec envie à la fois le nageur filmé comme un Hockney populaire et le visage du chanteur s'autorisant cette joie simple. Oui, je n'étais pas seul.
Alors, chaque fois qu'une image de piscine me tombe sous les yeux, je pense à ces plaisirs particuliers, cette joie simple permise là et je replonge (oui...) dans ce souvenir émancipateur.
Alors, regardez :



Vous la reconnaissez ?
C'est la piscine de Biel ou Bienne et son Palais des Congrès dessinés par Max Schlup. Quelle merveille ! On aime autant la courbure inversée de son toit, les portiques de béton qui le retiennent, et l'érection de sa tour totalement sculpturale, presque trop maniérée. Quel objet architectural ! L'éditeur Kiosk AG ne nomme ni l'architecte ni son photographe. J'aimerais bien trouver une vue de l'intérieur qui doit être extrêmement particulier et spectaculaire. On s'amuse aussi d'un programme associant un Palais des Congrès et une piscine ! On imagine les intervenants, entre deux conférences, venant plonger, tête la première, dans le bassin pour se délasser d'une journée trop stressante, pour resserrer aussi les liens, s'offrir une activité simple où les compromis d'entreprises, les recherches variées laissent le pas à d'autres modes d'approches. Oui. La fonction des pédiluves serait à revoir.
Mais voyez-vous il m'aura fallu du temps pour rapprocher cette piscine avec ce dessin de toit si particulier avec une autre piscine pourtant proche de chez moi :





Nous sommes à Rouen au dessus de l'ile Lacroix et nous retrouvons bien cette forme particulière. Ici en butée tout le poids du toit est reporté sur un ensemble de colonnes au dessin pour lequel l'influence de Brasilia ne fait aucun doute. Rappelons-nous qu'une courbe dans ce sens demande pour la même portée bien moins d'effort mécanique que dans l'autre sens et permet donc d'alléger les points d'appui. Le souci étant dans ce cas de bien gérer l'évacuation des eaux de pluie et de la fonte de neige, le toit devant supporter tel un panier le poids au risque d'une déformation. La carte postale La Cigogne ne nomme pas l'architecte de cette piscine rouennaise que j'ai si peu fréquentée dans ma vie. Les rouennais en aiment le bassin découvert même en hiver. Je me souviens d'un bain, ainsi, la tête au froid, le corps au chaud et la sortie du bassin toujours vivifiante. Il me faudra y retourner.
Mais à quoi bon nous embêter avec de l'architecture ? À quoi bon continuer de croire que vous lisez cet article pour votre passion pour l'histoire de l'architecture du sport ? Et si on faisait exactement ce que nous aimons faire ?
Je vous propose donc pour vous en souvenir ou pour le découvrir le clip de Bronski Beat, Smalltown Boy, je vous propose le très réjouissant clip réalisé par les élèves de la Navy sur Shake it Off
de Taylor Swift. Comment dire la joie qu'il procure ?
Mais surtout, je voudrais vous proposer de voir le très beau film Plongeons de Axel Danielson et Maximilien Van Aertryck qui m'a fait pleurer à la première vision. Il s'agit d'une idée simple, filmer l'hésitation à sauter pour la première fois d'un plongeoir de 10 mètres de haut.Véritable métaphore de la vie, du travail artistique, chacun trouvant son mode de courage, de refus, d'hésitation. Chacun devant prendre une décision en argumentant celle-ci. La grande simplicité de l'idée et du film donne à ce moment particulier une force incroyable. Incroyable. Sans doute l'un des plus beaux films que j'aie vus.
http://www.formatcourt.com/2016/07/plongeons-de-axel-danielson-et-maximilien-van-aertryck-en-ligne/
Je dédicace cet article à Thomas Rayon, Élina Stoflique et Miguel Mazeri, ils comprendront sans doute pourquoi.
http://www.formatcourt.com/2016/07/plongeons-de-axel-danielson-et-maximilien-van-aertryck-en-ligne/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire