dimanche 7 mai 2017

Azurastadt



Ce matin, j'ai dû appeler Mohamed Lestrade car j'ai reçu hier, chez moi,  cette carte postale qui lui était adressée et dont je ne connaissais pas l'auteur.
Ce mystérieux correspondant se nomme Walter Hamid Winkahin Drapo.
Restitution approximative de la conversation de ce matin avec Mohamed Lestrade :
- Non non David je ne connais pas ce type.
- Pourtant il vous parle comme si vous aviez assez d'intimité et d'ailleurs je suis désolé d'avoir ainsi pu lire cette correspondance...



- Oh ne vous inquiétez pas David ! Et d'ailleurs ce type aurait pu mettre la carte sous enveloppe. C'est moi qui suis désolé que des inconnus passent par chez vous pour me joindre.
- Oui, en même temps, Mohamed, cela nous donne l'occasion de se parler à nouveau.
- Mon père nous parlait souvent d'un drôle de type venant de Roumanie, un certain Briniscu, un type associé au régime communiste avec lequel l'Agence avait travaillé et...
- ...Oui j'ai entendu parler de cette histoire avec Alvar...
- ...C'est vrai... je sais pas si ce Walter... Comment vous dites ?
- Walter Hamid Winkahin Drapo...
- Quel nom ! Oui, enfin donc je ne sais pas si ce monsieur a à voir avec Briniscu. En tout cas, c'est vrai que Papa nous avait bien parlé de ce projet Azurazia et des utopies de l'époque. Mais j'ai toujours pensé qu'il s'agissait de rêveries utopistes. Et puis, de toute manière, tout le monde devrait maintenant être mort. Ce qui est curieux c'est que les archis sur l'image, en effet, on peut y retrouver tout à fait les types d'archis sur lesquelles Papa travaillait pour les communistes dans sa première période de l'agence.
- Oui, j'y ai pensé aussi, surtout les barres à droite.
- Oui, on dirait Leningrad ou Bordeaux, un peu.
- J'ai cherché sur internet. Mais on ne trouve que les infos au travers du travail de Nicolas Moulin.
- Un ami à vous je crois ?
- Oui. Mais je ne vois vraiment pas Nicolas faire ainsi semblant, il a trop besoin du réel et surtout il respecte trop le travail de votre agence pour jouer avec vous à travers moi de la sorte. Non, je ne crois pas à cette piste.
- Pourtant, David, comment pourrions-nous prendre tout cela au sérieux ? Je pense que peut-être Jean-Jean ou Walid auraient pu vous faire une blague et...
- ... Non, non. Je ne crois pas ! L'écriture n'est ni de l'un ni de l'autre !
- Un copain, un camarade aurait pu écrire sous leurs ordres.
- Oui... Mais la carte fut expédiée d'Allemagne de l'Ouest, pas de Sèvres ou d'Evry. En tout cas, c'est une belle ville sur l'image mais ce n'est pas non plus Berlin.
- Non, je crois qu'il s'agit bien de Azurastadt. Ce qui m'étonne le plus c'est la réalité du lieu, son hyperréalisme et moi qui suis...
- ...un pionnier des images de synthèses appliquées à l'archi, oui, je crois que ça aussi ce n'est pas un hasard. Le correspondant joue avec vous, avec vos capacités professionnelles, votre histoire, Mohamed.
- Bon, essayons de rester tranquilles et amusons-nous ! Faisons bonne figure ! Comment  pourrions-nous répondre David ?
- Ba, je vais d'abord, avec votre permission, publier cette carte postale sur le blog. On verra bien comment Jean-Jean réagira. Il ne sait pas mentir celui-là !
- Ah ça c'est sûr ! Oui !
- Et je vais demander à Nicolas s'il est au courant que quelqu'un utilise son travail pour nous déstabiliser et...
- Oui, enfin, cela nous amuse surtout.
- Oui c'est certain Mohamed. Mais je veux comprendre qui, et avec quel talent, a pu faire ainsi. Et je crois qu'il peut bien exister quelque part, quelqu'un qui croit suffisamment à cette histoire d'Azurazia pour l'avoir finalement visitée, arpentée.
- Je vous laisse libre David, faites ce que bon vous semble. Au fait, il nous faudra sérieusement faire un point sur l'expo autour de Papa.
- On y travaille Mohamed ! On y travaille avec Alvar et Jean-Jean et Walid. Ils bossent bien, les archives sont bien éclaircies. On trouve des trucs incroyables ! 
- Oui... je me doute. Bon, je vous laisse. Appelez Gilles tout de même. Il aura peut-être une idée lui.
- Pas de souci, je le fais ! Au revoir Mohamed.
- Salut David et embrassez tout le monde pour moi.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire