mardi 14 juin 2016

Alain Bourbonnais hors-la-norme

Un bloc gris percé d'un carré en son centre et troué de trapèzes sur sa façade.
Voilà ce que cette carte postale des éditions Paul Kraus donne à voir du Théâtre Municipal du Luxembourg.
Cela nous plaît bien cette dureté, cette fermeture.
Cela nous étonne.



L'architecte de ce théâtre est un drôle d'animal, sans doute un peu difficile à cerner, tant les productions sont diverses, il s'agit d'Alain Bourbonnais. D'ailleurs la construction de ce théâtre ne se fera pas sans heurt, sans difficulté. Mais bon, on s'en moque. Il est debout.
On remarque que le photographe a pris de la hauteur pour donner à voir l'ensemble car, sans doute, à part le jeu de la façade, il est difficile de cerner le bâtiment depuis le sol. Celui-ci n'offrant que peu d'aspérités dignes de faire image. En tout cas le resserrement dans le cadre de ce bloc gris dont le toit égal, vide, semble attendre un usage donne à l'ensemble une beauté mystérieuse que l'interrogation de son contenu très compacté accentue encore. Que fait-on là ? On y joue.
Seul, un cube un peu plus sombre s'élève à l'un des coins, vers le ciel. Totalement clos, on l'imagine être le lieu des décors.




Je me permets de vous rappeler aussi qu'Alain Bourbonnais fut l'architecte de cette somptueuse et papilonnante église Stella Matutina de Saint-Cloud. Le déploiement de sa couverture faite de plis et contre-plis est une merveille de structures et de formes donnant à l'ensemble une cinétique étrange. Éminemment sculpturale, l'église est bien dans le goût de ces églises de Vatican 2 offrant une modernité affichée tentant par des pentes de toit et des pointes de tenir tout de même une silhouette reconnue comme spirituelle. Presque agressive, ludique aussi à l'œil, Stella Matutina reste sans doute l'un des chefs-d'œuvre d'Alain Bourbonnais.
On aimera sur cette première carte postale retrouver notre photographe fétiche J. E. Pinet des éditions Abeilles-Cartes. On peut facilement imaginer que l'autre carte postale éditée par Lyna pour Abeilles-cartes également, même si le nom de Monsieur Pinet n'apparaît pas, est bien du même photographe.
Pour finir et rendre hommage à ce grand architecte, on pourra se rendre ici et voir l'autre monde de l'architecte, un monde fabuleux et hors-la-norme :
http://www.fabuloserie.com/









Aucun commentaire:

Publier un commentaire