dimanche 3 avril 2016

60 000 fusées, 60 000 !





Nous allons nous régaler d'un document exceptionnel par son édition, son objet, ses images.
En effet, j'ai peu de documents dans ma collection mettant autant en valeur une architecture et sa construction. Même si, comme vous allez le voir, on quitte un peu le monde des cartes postales, ce document est tout de même très proche de ce type d'édition dont on imagine qu'il aurait suffi de peu d'éléments pour que l'on soit en face d'une édition de cartes postales.
Nous allons donc regarder une petite pochette contenant onze photographies en noir et blanc au format 10x15 cm, un texte écrit par l'architecte et une pochette elle-même imprimée avec beaucoup d'informations. Cet objet éditorial évoque bien les éditions constituées de cartes postales mais le dos des photographies ne comporte pas de séparation pour l'adresse et la correspondance, c'est le seul détail qui ne permet pas de parler de carte postale a priori.
Pourtant...
On sait et voit sur ce blog le nombre incroyable de cartes postales nous montrant des maquettes d'églises modernes ou de leur construction (ici ou ici par exemple). On sait que ces cartes postales avaient souvent comme objectif de soulever des fonds, servant de souscription. On a vu aussi des cartes postales d'églises en construction, fières de leur originalité technique, affichant une modernité dans leur dessin et la technique qui les font naître.
C'est bien le cas ici avec ce petit portefolio concernant la construction de l'église Saint-Jean-Bosco à Chambéry dans le quartier Le Biollay. L'architecte Pierre Jomain associé à Berthe Chappis nous donnent donc à voir et à vivre la conception puis la construction de cette église d'une très grande beauté simple, celle d'une technique, ici les fusées céramiques, au service d'une forme et d'une fonction. L'exceptionnelle qualité des images, la précision sur les détails constructifs, la tenue du texte de l'architecte Jomain, racontent bien l'importance à l'époque qu'on a accordé à cette modernité, à cet élan, à la joie de penser une forme et un programme au milieu des habitations et au service des habitants en respectant un terrain et un budget difficiles... On remarquera que les clichés sont souvent coupés par une ligne dont je ne sais rien. Comme si les photographies étaient constituées de deux négatifs. On nous donne bien le nom des photographes de cette édition : Pierre Jomain l'architecte et Covin (?) dont on ne sait rien. Vous allez voir que la qualité des images est au rendez-vous et surtout qu'elle permet bien de lire la progression du chantier. On aimera aussi montrer que les constructions en fusées céramiques sont des œuvres incroyables aux capacités techniques et formelles inouïes que la Direction des Affaires Culturelles de la Seine Maritime et sa Conservation des Monuments Historiques, tout comme les mairies de Grand-Quevilly et de Serqueux, ne semblent pas vouloir reconnaître. On voit bien ici à Chambéry que Pierre Jomain a su tirer parti de toutes les possibilités de cette technique, la laissant lisible, apparente, comme pour en souligner la beauté. Cette franchise des matériaux travaillés avec délicatesse et justesse font de cet événement technique une jubilation spatiale et donc architecturale. Regardez comme le dôme est superbe ! Alors, servons-nous de ce modèle éditorial pour souligner l'urgence de sauver en France les architectures souvent modestes et donc rares faites de cette technique aujourd'hui disparue. Pour mon département de la Seine Maritime, pour les villes de Grand-Quevilly ou de Serqueux, c'est déjà trop tard. Espérons que Chambéry saura mieux faire...
Bonne visite, bonne jubilation de ce document exceptionnel !
Vive les églises modernes ! Pour une sauvegarde active et rapide de cet héritage ! Rapidement, maintenant, tout de suite !
Rappelons que le Label Patrimoine du Vingtième Siècle n'offre aucune vraie protection...
http://www.rhone-alpes.culture.gouv.fr/label/spip.php?article33

Merci de ne pas dupliquer ces images sans autorisation.

 

















  






Aucun commentaire:

Publier un commentaire