jeudi 17 juillet 2014

Par quelle couleur je commence ?



.....Gilles regardait maintenant le voilier faire sa manœuvre dans le port. Il posa sa main à plat sur son front pour se faire une visière puis naturellement il sentit sa main faire des gestes, des adieux. Il arrivait encore à voir Hans s'affairer sur le pont, tirant là une drisse pliant ici la toile mais Gilles savait aussi que ce départ était inéluctable et qu'il devrait attendre l'automne pour revoir Hans.
Il se rappela alors qu'il y avait seulement trois semaines, il ne le connaissait même pas et qu'aujourd'hui, il lui était impossible de voir tout cela, ce ciel, cette eau, le sillon troublé du bateau comme autre chose que des signes à leur rencontre. Gilles sentit la main de Jean-Michel se poser sur son épaule.
"Tu lui a promis de lui écrire. Je l'aime bien ce garçon. Tu devrais lui envoyer dès maintenant des lettres, des cartes postales."
"Oui. mais..."
Gilles ne finit pas sa phrase, il n'y avait vraiment rien à ajouter à la tristesse....



....Gilles tenait dans sa main une quantité incroyable de cartes postales, ce qui amusait Momo et Sidonie. Devant le tourniquet, tous les trois essayaient de choisir des cartes postales pour les envoyer à Hans. Momo et Sidonie avaient décidé d'aider Gilles dans le choix mais ce dernier semblait surtout se rassurer en sentant la masse de cartes postales dans sa main comme si la promesse de tous ces envois, la liasse même de ces cartes réifiait en quelque sorte sa liaison avec Hans, comme s'il lui tenait encore sa main.
"Regarde, Gilles, sur celle-ci il y a Sidonie !"



Et Momo tout en se marrant montrait la fille nue sur le détail de la carte postale. Cela n'amusa pas Sidonie qui chercha en vain un équivalent masculin mais ne trouva rien sur le tourniquet.
"Ah, c'est marrant vraiment ! Tu m'énerves quand t'es comme ça."
"Oh bah quoi... attends... non... mais..."
Sidonie se rapprocha de Gilles, voulait vraiment l'aider, essaya de choisir avec Gilles.
"Regarde Gilles, sur celle-ci on voit le port et des voiliers, cela lui rappellera votre rencontre."
"Oui."



Et Gilles glissa cette nouvelle carte sur la masse des cartes postales déjà choisies. Dans une nuit noire, un feu d'artifice explosait sur la plage et dans des petits cadres on voyait le port avec un voilier et les pyramides. Gilles comprit que c'était cette carte là, la seule qui racontait leur histoire et que Hans aurait besoin de moins de mots au dos de la carte pour saisir ce qu'elle racontait. Alors Gilles décida d'en acheter tout de suite une vingtaine identiques qu'il enverrait chaque jour pour multiplier l'éclat des fusées dans le ciel noir. Le buraliste s'étonna de ce choix et Gilles en profita pour lui demander s'il y aurait toujours cette carte postale en vente tout l'été.
Le buraliste en glissant le paquet de cartes postales dans deux pochettes en papier lui répondit que oui, dans doute, mais qu'il y avait bien d'autres modèles tout aussi beaux.
"Non, c'est celle-ci, c'est celle-ci nous deux, celle-ci."
Momo fit un sourire au buraliste comme pour lui faire comprendre qu'il n'y avait rien à comprendre. Gilles était déjà sorti. Momo vit alors Sidonie donner à Gilles un Bic quatre couleurs.
"Tiens, c'est pour toi. Un petit cadeau. Change de couleur chaque jour pour lui écrire."
C'était un petit geste qui toucha Gilles. Momo aurait voulu avoir ce geste et Gilles pour la première fois depuis ce matin esquissa un sourire.
Momo en rangeant les chaises :
"Là, elle est bien cette table. On va se mettre là pour boire un verre. Tu écriras ta première carte à Hans maintenant et c'est moi qui te donnerai le timbre."
Gilles en s'asseyant :
"Par quelle couleur je commence ?"




Aucun commentaire:

Publier un commentaire