dimanche 29 septembre 2013

Plaidoyer pour les Carrats de Georges Candilis à Port Leucate

éditions Audumares, 1975.
Allons-nous encore laisser faire ?
Allons-nous encore faire semblant de ne pas voir le danger qui menace l'une des œuvres majeures de l'architecture des loisirs produites en France ?
Les Carrats, centre de vacances à Port Leucate sont en vente. On sait comment les promoteurs traitent sur notre territoire les ensembles immobiliers en front de mer, on sait comment déjà par exemple, le Kyklos à Port Leucate est massacré visuellement et dans son environnement à quelques mètres de là.
Alors même qu'une exposition remarquable a fêté le centenaire de la naissance de Candilis * dans les locaux de la mairie de Port Leucate, comment penser que cette attention retrouvée au concepteur de cette ville puisse le mois suivant disparaître dans une indifférence à l'une de ses créations majeures ?
Il faut sauver les Carrats de toutes modifications notoires, de toutes transformations de ses espaces, de ses distributions et lui redonner la totalité de ses détails : huisseries, couleurs, mosaïque, jardins...
Il faut que le Label Patrimoine du XXème Siècle attribué à cet ensemble soit transformé rapidement en une inscription sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques pour stopper immédiatement et avant même que le changement de propriétaire soit effectif tous risques de transformations de cette construction qui reste une œuvre, une pensée, une leçon.
Cela est de la responsabilité des autorités locales : D.R.A.C, municipalité et tous les acteurs locaux du Patrimoine. Cela est de la responsabilité des vendeurs et des futurs acquéreurs, cela est de la responsabilité du Ministère de la Culture dont on sait, malheureusement depuis quelque temps, le manque total d'intérêt pour ce Vingtième Siècle pourtant digne et riche d'un Patrimoine Architectural tourné vers l'esprit populaire qui devrait ravir sa ministre.

Monsieur Michel Py,
Monsieur le Maire de Port Leucate, je m'adresse à vous. Je suis venu voir votre ville, je suis venu voir ce travail inventif de Monsieur Candilis créateur de votre ville, de vos espaces, de ce qui est votre territoire municipal. Chaque espace, chaque détail, chaque circulation est un travail, une invention dont vous connaissez la valeur de son créateur, auquel vous avez, par un discours public, lors de l'exposition au sein même de vos locaux municipaux rendu un hommage vibrant.
Voyez aussi comment le Patrimoine Moderne produit une autre forme de tourisme.
Monsieur le Maire, je suis certain que cela se rappellera à vous et que vous prendrez en main rapidement  le dossier de protection des Carrats car, je ne peux pas imaginer que vos paroles ne soient que de circonstance, que votre engagement vis-à-vis de l'Histoire de votre ville ne soit qu'une déclaration d'intention.
Sauvez les Carrats, sauvez et restaurez à Port Leucate tout ce qui peut l'être encore du travail de Monsieur Candilis...
Car ce Patrimoine n'appartient pas seulement aux enjeux locaux mais à la communauté nationale : Ce Patrimoine est le nôtre.
Merci.

Nous avons déjà beaucoup évoqué Port Leucate sur ce blog:

http://archipostalecarte.blogspot.fr/2013/06/port-leucate-un-manifeste.html

http://archipostcard.blogspot.fr/2012/10/strabic-une-revue-un-echo.html

http://archipostalecarte.blogspot.fr/2013/03/georges-candilis-au-debut.html

http://archipostcard.blogspot.fr/2009/08/renault-16-et-kyklos.html





éditions Théojac, photographie de l'excellent J.-C Meauxsoone.



*exposition organisée et montée par l'Association le Design s'Expose, Clément Cividino commissaire.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire