vendredi 20 septembre 2013

Jean Prouvé fait sonner Le Corbusier

On oublie parfois que l'architecture ça résonne !
Surtout les églises qui possèdent toutes ou presque un jeu de cloches permettant d'appeler les fidèles et de rythmer la vie religieuse des beaux et tristes moments.
À Ronchamp, Notre-Dame-du-Haut ne déroge pas à cette tradition mais les cloches ne sont pas installées dans un clocher ou à l'intérieur de la Chapelle mais à l'extérieur sous les arbres.



La carte postale Combier nous montre donc ce campanile et nous donne une information bien intéressante en nous révélant le nom du constructeur, ici nommé architecte : Jean Prouvé !
Il est vrai que rien dans ce dessin, rien dans cette forme massive ne laisse penser que c'est Jean Prouvé qui ait pu réaliser cette construction dont on imagine bien, vu sa fonction et ce qu'elle porte, qu'elle doit être parfaitement solide et ancrée dans le sol !
Nous sommes au printemps, les arbres sont en fleurs !
Et nous sommes maintenant en automne :



Toujours chez Combier éditeur, cette carte postale nous montre le campanile à l'exact opposé de l'autre carte postale, regardez l'ordre des cloches et comment nous avons tourné autour de l'arbre que l'on voit derrière maintenant !
Cette carte postale est une photographie de Guy Janin.
Vous pourrez ici en savoir un peu plus sur l'histoire de ces cloches. Mais où se trouvent-elles sur le terrain ?
Regardons cette carte postale de la Chapelle vue du ciel, carte postale offerte et envoyée par Patrick Bellenfant, un fidèle lecteur. Merci Patrick !



Alors vous voyez ?
Non ?
C'est normal ! Le campanile est caché par les arbres ! Et surtout, le campanile fut construit en 1975 et la carte postale est de 1973...
Mais le campanile sera installé ici :



On remarquera que sur cette carte postale des éditions de la Société Immobilière Notre-Dame-du-Haut, une certaine activité règne sur le site. Des voitures sont garées presque sur le haut de la colline ! des tables sont dressées à l'extérieur. Se prépare-t-on à une messe extérieure ?
Dans son livre, un évangile selon Le Corbusier, L' Abbé René Bollé-Reddat, ne nous offre aucune opportunité de comprendre cette localisation, ni ne nous parle de ce moment si particulier que l'arrivée des cloches d'une église. C'est dommage.
Par contre, je trouve ce témoignage de l'Abbé, sur ce site :


René Bolle-Reddat écrit dans le Journal de Notre-Dame du Haut - N° 87 – de décembre 1990 :
" J’avais dit, demandé, prié :
 - Jean, dessinez-moi … un campanile.
 Aussitôt il avait dit oui et pour pas trop cher … S’était ressaisi bientôt :
 - A côté de l’œuvre de Corbu, il ne faut pas faire de bêtise, pas détonner …
 Lui qui pourtant travaillait depuis toujours dans le même esprit, dans la même loyauté et respect du matériau, que l’artiste a pour mission d’exalter, d’ennoblir …
 Communauté, descendance féconde au-delà des ans, au-delà du temps … Le Corbusier est mort il y a 25 ans … Il disait à quelqu’un qui demandait :
 - Ainsi, père Corbu, vous vous êtes donné une succession uniquement par votre pensée et par vos œuvres ?
 -      Oui, j’ai engendré, j’ai fait des p’tits, des enfants. C’est normal qu’ils aient un père quelque part, eh bien, il se trouve que c’est moi ! Je vais bientôt disparaître dans les zones célestes … Je leur ficherai la paix. Mes œuvres continueront … ils parleront de moi de temps en temps avec un mot gentil.
 J’affirme, père Corbu que tout ce qui a fleuri et fructifiera encore ici à perpétuité temporelle vous est imputé à mérites ! Et à Jean Prouvé à l’heure du soir, aux temps où est annoncée la prière, des joies, des deuils … je pense à vous qui n’avez peut-être pas cru au même Ciel que moi … (il ne doit en être qu’un … infiniment multiple et varié) que le chant du bronze, de ses supports d’acier doivent aussi ébranler !"

Puisque nous sommes de retour à Ronchamp :


Cette très belle carte postale nous montre le Chœur extérieur et sa superbe volumétrie. Le soleil frappe fort, il est presque assourdissant, sans doute comme les cloches de la Chapelle lorsqu'elles se balançent dans le campanile de Jean Prouvé !
La carte postale de la Société Immobilière est datée de 1966.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire