mercredi 25 septembre 2013

Des tours à la française

Retrouvons les beautés du Hard French :



Cette très belle carte postale en couleurs des éditions Combier, nous montre la Tour d'Ermont dont, si on en croit l'éditeur, les architectes seraient messieurs Herbé, De Coudun, Fournier, Boissenot.
On aimera : la polychromie superbe de l'ensemble, le contraste entre cette verticale accentuée par le volume de la cheminée et les petites constructions au toit ondulé au pied de la tour. Que dire d'autre devant ce qui représente certainement une sorte de typologie de la tour Hard French même si Monsieur Herbé est un architecte que nous connaissons bien, difficile ici de s'attarder sur cette architecture alors même que sa photographie devient une photogénie. Peut-on aimer une architecture seulement par son image ? Certainement ! Merci Claude.
Plus courte :



L'éditeur exceptionnel qu'est Lyna nous promène cette fois à Gennevilliers dans la Cité du Fossé de l'Aumône.
La carte postale en noir et blanc trouve une belle jeunesse dans l'appui discret mais bien posé de quelques touches de couleurs qui font vibrer l'ensemble. Une fois de plus, les stores font le travail de faire chanter un peu le gris de l'architecture. Même le ciel, très lumineux, joue au contraste.
Le jaune idéal et joyeux glisse du tissu du store à la carrosserie d'une automobile...
Très ambitieuse :



Toujours l'éditeur Lyna pour cette image superbe !
La Tour Pleyel s'élance dans un dégradé de bleu et y oppose un brun de bronze. Un monolithe que nous pourrions vénérer comme une idole venue d'un autre monde, la tour Pleyel ainsi isolée, prend une ampleur qui, sans doute, déborde la vraie importance de son architecture.
Mais nous aimons cela ici, ces beautés étranges et radicales qui n'ont à offrir souvent que leur isolement comme force, puissance et... intérêt !
Pourtant, dans un numéro de 1968 d'Architecture d'Aujourd'hui on trouve des images du projet qui malheureusement a avorté.
4 tours étaient prévues !
Et, dans cet article, on trouvera aussi là un plaisir avant tout des images et de la représentation. Comme cela a fière allure ces 4 blocs rudes et solides implantés dans le sol. Comme cela était moderne et fort et d'une abstraction, d'une abstraction... d'une abstraction...
Les architectes de cette merveille inachevée sont messieurs Binoux, Folliasson, Favatier, Herault.







Aucun commentaire:

Publier un commentaire