samedi 12 janvier 2019

changement de propriétaires

Bonjour,
je ne suis pas David Liaudet.
Je m'appelle Walid Riplet. David nous a donné les clefs, nous laissant libres de reprendre ce blog comme nous le voulions. Nous c'est donc moi et Jean-Jean Lestrade dont vous avez eu des nouvelles par David.
Nous avons voulu reprendre parce que nous effectuons le classement et le rangement du Fonds de l'Agence Lestrade, celui de l'arrière-grand-père de Jean-Jean et que nous voudrions utiliser ce blog pour communiquer sur ce travail et montrer des documents.
Nous avons voulu aussi, comme nous sommes tous deux étudiants en archi, poursuivre ainsi notre rapport à l'histoire de l'architecture et faire de l'écriture des articles un travail qui comptera pour nos études.
Nous n'avons donc pas les connaissances historiques de David et nous essaierons d'avoir la même rigueur en corrigeant si nécessaire nos articles. Il s'agit pour nous deux d'apprendre à regarder, à visiter, à lire mieux la critique architecturale, bref à nous emparer des outils de connaissances de l'histoire de l'archi. Tous les outils.
Nous remercions David qui nous laisse libres et qui pourra bien entendu intervenir et reprendre la main quand bon lui semblera. Nous remercions aussi Monsieur Claude Lothier qui a accepté de continuer de corriger nos fautes d'orthographe et de faire une relecture attentive de nos textes.
Pour éviter toute confusion, nous signerons nos articles afin que, vous, lectrices, lecteurs, sachiez toujours qui vous parle.

Nous avons décidé de commencer avec une photographie trouvée dans le Fonds Lestrade.
La voici :


Cette photographie ne comporte aucune information autre que ce qu'elle représente, cette belle structure en métal qui, on dirait, semble attendre la coulée du béton pour réaliser un voile mince. On reconnaît bien dans cette forme, celles à la mode dans la deuxième moitié du XXème siècle et qui combinait les doubles courbures pour faire des formes tendues, lyriques et contenant les forces du béton armé. Bien entendu cela nous rappelle le marché de Royan mais ici surtout le spectaculaire restaurant Los Mantiales de Félix Candela à Mexico. Il s'agit même ici d'une véritable citation ! David vous la montré ici :
https://archipostcard.blogspot.com/2012/03/americaine-latine-brutale-et-si-douce.html
Nous n'avons aucune information sur le rôle de Jean-Michel Lestrade dans la construction de cette structure. Aucun indice. Nous ne pouvons que percevoir qu'il s'agit d'un stand, certainement celui d'un Régiment si on en croit l'enseigne reprenant un insigne militaire avec deux canons croisés et un phénix ou un oiseau stylisé.  Nous l'avons surligné pour une meilleure lecture.


 Si quelqu'un reconnaît cet insigne militaire qu'il nous fasse signe. Cela permettrait de mieux comprendre de quoi il s'agit. On voit aussi sur le cylindre au milieu de la structure ce qui ressemble à une maquette et, au fond, des photographies accrochées sur une grille.



Pavillon de recrutement militaire ? Peut-être un régiment du Génie ayant besoin d'une construction spectaculaire pour faire la promotion de ses capacités ? Polytechnique possède bien deux canons croisés mais une armure remplace l'oiseau.
On note qu'il s'agit bien d'une construction éphémère, le béton étant ici visualisé en quelque sorte par la toile tendue sur la structure de métal. On note aussi que la construction est un peu bâclée dans sa structure. Mais c'est beau ce pavillon non ?



David nous a montré une autre photographie d'une structure d'exposition ressemblant à une démonstration de Jacques Couelle ici :
S'agit-il du même moment, du même lieu ?
Si on en croit le rangement des archives de Lestrade, la qualité assez mauvaise de la photographie, le manque d'annotation, le refus de bien ranger cette photographie en la laissant perdue au fond d'une boîte, il semble bien que ce cliché soit de Lestrade. Il n'était pas un grand photographe ce qui expliquerait sa joie de voir son fils Gilles en devenir un. Nous verrons bientôt une photographie de Gilles sur ce blog.
Il est probable que Lestrade ait dessiné et conçu techniquement cette structure, il en avait très largement les compétences. Est-ce la raison de la présence de ce document dans ses archives ? Aucun plan ne subsiste dans le Fonds, nous éplucherons les courriers plus tard, nous y trouverons peut-être une piste.
Alors si, parmi vous, certains ont des pistes pour informer cette image et cet événement, on attend vos commentaires. Merci de nous aider.
Dans la bibliothèque de l'école, nous trouvons le livre Formes structurales de l'architecture moderne de Curt Siegel édité en 1965 par Eyrolles pour la version française. On y trouve une double page superbe sur la structure de Felix Candela, nous vous la donnons à voir. La photographie semble venir de l'Agence de Candela. Nous vous donnons aussi à lire la belle et très revendicative préface de René Sarger sur le rapport entre architecture et techniques de l'architecture. Ce débat semble bien encore aujourd'hui très vivace avec les fausses certitudes du numérique ou de la 3D.
Walid Riplet-J-J Lestrade.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire