dimanche 26 février 2017

Gagès et Prouvé font l'usine

Il me fallait pour reprendre après cet anniversaire, un objet digne de ce blog, digne de ce que nous défendons ici, digne aussi d'une architecture de collaboration forte et puissante entre un architecte et un ingénieur.
Avec Claude Parent, René Gagès fait partie des grands architectes que nous défendons ici. Je pense qu'il sera parfait pour reprendre notre travail. Architecte très bien ancré dans l'histoire de l'Architecture, il souffre pourtant d'un manque de visibilité de la part du grand public qui souvent arpente son travail sans savoir qu'il est œuvre de René Gagès. La gare de Lyon-Perrache, objet superbe et d'une rare intelligence, en est l'exemple type.
Aujourd'hui nous allons regarder cet objet :



Une carte postale bien modeste usant de tous les artifices de la colorisation délicate nous montre dans une paysage verdoyant un petit ensemble de constructions modernes très aplaties et franches. L'ensemble ne se veut ni un objet spectaculaire ni même un archétype de l'architecture d'usine. On devine une écriture judicieusement simple car pratique que l'architecte définit comme un désir de maintenir par la transparence une relation permanente entre le dedans et le dehors. Il semble également que jouant avec le topographie, l'architecte tente et réussit à faire une architecture paysagère dont l'implantation affirmera en quelque sorte la douceur.





Ce que ne dit pas la carte postale Combier de cette Usine Gambin à Viuz-en-Sallaz c'est que l'ensemble des transparences est l'œuvre de Jean Prouvé ! Il s'agit bien là d'un ensemble exceptionnel de l'ingénieur ayant offert à René Gagès le moyen de son expressivité.
On trouve dans l'ouvrage René Gagès, les chemins de la Modernité, deux photographies de cet ensemble et surtout un témoignage de René Gagès à propos de l'ingénieur que je me propose de vous donner à lire :





Qui aujourd'hui s'occupera de cet héritage mêlant l'un des plus grands architectes et l'un des plus grands ingénieurs ? Qui regarde encore, depuis le bord de la route ou dans l'intérieur de l'espace de travail ce qu'il y a là de beau, d'élégant, de simple ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire