lundi 28 novembre 2016

Rare Royan

Le collectionneur de cartes postales est toujours en chasse. Il veut toujours, alors même qu'il vient d'être satisfait, chercher un nouveau point de vue, quelque chose d'inédit, comme si la course en avant vers la nouveauté était sa seule raison de vivre.
Je suis comme ça avec Royan, me demandant toujours si par hasard, un photographe de cartes postales n'aurait pas posé son regard sur une partie de la ville moins connue.
Qui aura photographié l'intérieur du Palais des Congrès pour en faire une carte postale ?
Qui aura photographié la Villa Prouvé pour en faire une carte postale ?
Qui aura photographié le chantier de Notre-Dame-de Royan pour en faire une carte postale ?
Je n'ai pour l'instant aucune réponse à vous proposer mais voici tout de même trois occasions de voir Royan depuis des cadres un peu moins connus.
Voici :



Cette carte postale Berjaud expédiée en 1960 nous montre l'extrémité du Front de Mer avec, en face de nous, l'Hôtel Continental que nous connaissons bien maintenant. On peut se demander en effet quel intérêt il y avait à faire une carte postale de cette place alors que le port ou le Front de Mer sont juste là, à côté. Les deux hôtels pourraient à eux seuls servir de prétexte et surtout trouver une clientèle pour ces images.



Les royannais remarqueront que le Monument aux Martyrs de la Résistance et de la Déportation n'est pas encore installé sur le long mur aveugle de ce square du 8 mai 1945. En tout cas, ce morceau de ville moins iconique trouve tout de même ici l'occasion de s'exprimer et de montrer que, dans tous ses détails de circulations et d'aménagements urbains, la Ville de Royan fut très bien dessinée sachant ici articuler la pente du terrain (rampe Torchut) et la fin du Front de Mer pour réaliser un jardin, respiration utile dans ce morceau de ville.
Et encore :



S'il existe des dizaines de cartes postales du rond-point de la Poste, il est beaucoup plus rare de la voir depuis ce point de vue ! D'ailleurs où sommes-nous ? Il semble que le photographe Mr Chatagneau se soit placé directement tout au bout du Front de Mer, sur l'un des balcons pour obtenir cette vue dégagée sur la Tache Verte au fond de l'image. Là encore, on peut se demander à qui s'adresse cette image ? Car ce que montre surtout cette image c'est le dessin des articulations routières de la ville. Mais comment ne pas jubiler de l'occasion de voir ainsi le très beau détail de l'auvent qui accompagnait les piétons sous son ombre vers la Poste ? Comment ne pas jubiler des détails constructifs de cette Poste ? Là aussi, la carte postale permet d'enregistrer le dessin des aménagements urbains de la ville totalement ouverts et larges qui racontent une ville aussi bien dessinée pour le piéton que pour l'automobile où l'architecture semble se courber sur les chaussées, voire même les dessiner. On remerciera la couleur de nous apporter la preuve de son utilisation joyeuse et délicate sur les bâtiments.
Et :



Comment ne pas être heureux de voir ainsi, parfaitement photographiée, une belle architecture moderniste faire la preuve de son époque ? Le Grand Hôtel Océanic affichait encore en 1958 les joies d'une volumétrie fragmentée, articulée donnant ombres et diagonales, auvent et terrasses. Regardons comment le rez-de-chaussée était parfaitement dessiné et venait soulager le puissant parallélépipède de l'hôtel. Aujourd'hui remanié, il a perdu totalement cette force pour gagner quelques mètres-carrés, outrage inutile à une belle et franche architecture. Comment on appelle cela déjà cette manière de retoucher mal une architecture ? Un outrage ? Comparez, par exemple, le travail sur le pignon à gauche, comment, depuis le sol, jusqu'au toit, le travail de l'architecte a été perdu. Une catastrophe !
Ré-ouvrons tout cela ! Pour ce qui se passe maintenant juste derrière... Je vous laisse juges de la qualité de l'architecture de promoteur offrant des surprises étranges... La carte postale des éditions Artistiques Marceau Carrière ne nomme pas son photographe.





Toujours heureux de trouver des bunkers dans l'architecture civile :

 

Toujours heureux de rencontrer des maquettes de la Fonction Oblique dans l'architecture de Royan :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire