dimanche 9 octobre 2016

Pow ! Pow ! Pow ! Pologne !

Dans un pays du bloc communiste, on a donc bien construit des églises catholiques, ne l'oublions pas. La Pologne, pays où les femmes doivent encore se battre aujourd'hui pour maintenir le droit à l'avortement, ce pays a sur son territoire quelques joliesses brutalistes et soviétiques dont nous nous régalons chaque fois que c'est possible.
Vous en voyez là un exemple :



Bien évidemment, l'œil y reconnaît immédiatement quelque chose de Ronchamp dans des plis et des courbes s'embrassant à l'envi, formant des trouées, jouant d'une masse dont il est difficile de sentir le plan. Depuis ce point de vue, on pourrait rapidement croire (oui), croire la bâtisse fermée sur elle-même, impénétrable comme un bloc. Ce qui adoucit cette sensation (peut-être à regret d'ailleurs) c'est le choix des matériaux, notamment du bois, qui réchauffe un peu par la tradition les formes totalement modernes de cette église.
On aime prononcer bâtisse presque bastide devant un tel monument. Si on regarde bien, on devine des incisions qui naissent des pans des murs se pliant comme des papiers.
La carte postale est très informative comme souvent d'ailleurs les cartes des pays du bloc de l'Est qui offrent aux touristes l'occasion d'apprendre plein de choses. Ici les éditions Krajowa Agencja Wydawnicza nous donnent donc le nom de l'architecte de cette église à Cracovie (Krakow) Monsieur Wojciech Pitrzyck, le nom du photographe S. Jablonska et la date : 1977 !
Je ne trouve rien dans mes archives sur cet architecte...
Et cette date m'étonne beaucoup !
Mon étonnement d'abord pour la forme même qui m'aurait semblé plus ancienne et pour la période qui laisse penser que l'église catholique pouvait donc dans cette période construire de pareilles églises aussi formellement puissantes, affirmées et ambitieuses et sans doute, onéreuses...
Il me faudra mieux regarder les relations tumultueuses (ou non) entre le pouvoir et l'église dans cette Pologne de la fin des années 70.
Mais mon œil glisse aussi sur le ça de cette photographie représenté par cette jeune femme au premier plan, dos tourné vers nous, pantalon rouge éclatant, qui regarde l'église et nous propose de suivre son regard.



J'avoue avoir du mal à croire à une présence de hasard mais croire plus volontiers à une présence désirée, un peu comme John Hinde plaçant au premier plan, toujours une personne avec un pull rouge sur ses éditions de cartes postales.
Vous trouverez facilement sur l'Internet toutes les informations nécessaires sur cette construction.
Je me permets de vous conseiller celui-ci :
http://szlakmodernizmu.pl/szlak/baza-obiektow/arka-pana
et celui-ci :
http://www.france24.com/fr/20161006-avortement-pologne-parlement-rejet-droit-ivg-conservateurs 



 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire