jeudi 22 décembre 2016

Rien moins que Foster

19 novembre 2016
 - Tu trouveras les garçons en bas, j'espère qu'ils ne me foutent pas le bordel avec leurs recherches. Ça me rassure que tu descendes avec eux !
 - T'inquiète pas, Alvar, je vais les surveiller !
Sans autre politesse, je laissais Alvar à ses affaires et descendis dans le bureau de l'Agence Lestrade, devenu maintenant une pièce d'archives et dans laquelle j'aimais tant venir piocher et chercher des documents. Je commençais à en bien connaître la géographie car nous avions entamé avec Alvar le classement afin de mettre en place l'hommage à Jean-Michel Lestrade l'année prochaine. Mais je savais aussi que cette grotte remplie de papiers, de photographies, de documents en tous genres fascinait Jean-Jean et Denis qui y venaient souvent pour travailler leurs cours d'architecture, préférant ce lieu à la pourtant somptueuse et riche bibliothèque de leur école.
 - Tiens ! Regarde qui arrive ! s'exclama Jean-Jean en me voyant descendre l'escalier.
 - Voilà le Comité de Vigilance Brutaliste ! reprit à la volée Denis avec un petit ton moqueur qui me fit sourire.
Nous nous saluâmes et rapidement, je demandais aux jeunes ce qu'ils faisaient encore là.
 - Ba, y a Denis qui prépare un devoir d'histoire, tu sais, il doit faire un texte et une projection d'une demi-heure sur un sujet de son choix, m'indiqua Jean-Jean.
 - Et je peux connaître le sujet ? demandais-je.
 - Skidmore, Owings et Merrill me répondit d'un jet Denis.
 -Whaou ! Ba mon gars t'as du taff ! C'est immense à tout point de vue ! Tu as choisi un angle plus serré ?
 - Ouais, enfin, j'sais pas, voudrais faire un truc du genre parallélisme entre les structures architecturales et les structures du monde des affaires, tu vois, voir comment on pourrait articuler les deux mondes, enfin, bon c'est peut-être ambitieux.
 - Sans doute ! La vache Denis ! Oui ! Mais j'adore ton idée. Faudra alors aussi que tu travailles sur l'organigramme de ce genre d'agence d'architecture et sur l'économie américaine dans cette période. Tu as choisi justement une période ?
 - Euh... Ba... Non... enfin... Si...
 - ........ Oui ?
 - 55 à 1975, je crois. Tu vois je voudrais évoquer des bâtiments que j'adore comme la Chapelle pour l'Air Force et puis la Sears Tower. Deux exemples différents tu vois, l'armée américaine et une tour de bureau, je trouve que ça peut être plus facile et...






- Oui ! Tu peux t'amuser avec ces deux genres de commandes. Mais tu crois que tu trouveras ici de quoi avancer ? Lestrade, il a travaillé pour eux ? Tu crois ? Pas sûr...
 - Non non David, c'est sûr, j'ai demandé à Papy Momo mais c'est certain, il n'y a aucune relation de travail entre l'agence Lestrade et SOM. Par contre...
- Ouais, par contre Lestrade, il adorait cette agence américaine et le grand-père de Jean-Jean lui a dit qu'il a gardé un classeur ou un dossier complet sur eux depuis son voyage aux States en... 57 ou...
 - 59 ! 1959 ! Denis, ça fait trois fois que je te le dis.
 - Ouais bon, donc on cherche ce fameux dossier mais on n'y arrive pas...
Denis n'eut pas le temps de finir sa phrase que, sur la pointe des pieds, je saisissais ledit dossier en haut de l'étagère derrière l'escalier ce qui provoqua chez les deux garçons un cri de satisfaction.
 - Ba là, franchement, t'es trop fort ! Comment tu sais ? me demanda Jean-Jean interloqué.
 - Facile ! Jean-Jean, ça fait des heures que je fouille ici avec ton père ! Et j'avais repéré le lieu des dossiers étrangers. Regarde, là sur le flanc de l'étagère, y a écrit U.S.A.
 - Ouvre-le ! s'impatientait Denis.
Une chemise sans âge en carton beige clair arborait un immense cartouche au crayon rouge donnant le titre Skidemore O et M, Jean-Michel Lestrade n'ayant pas eu le courage d'écrire en entier le nom de l'agence américaine.
 - Mais dis-moi Denis, t'as connu ça comment la Sears et le travail de Skidmore ?
 - Ba, David, tu vois quand j'étais petit, mon frère m'a offert un livre sur les gratte-ciel, tu vois, un bouquin pour les gamins quoi, mais j'avais visité la Tour Montparnasse en venant pour la première fois à Paris et j'avais adoré l'immeuble, alors pour un anniversaire il m'a offert ce bouquin. C'était super ! Il y avait un immense dépliant montrant la Sears ! Putain, ça m'avait fait kiffer ! Et tu sais, je crois bien que c'est ce bouquin qui m'a donné envie de faire de l'archi.
 - Tu nous avais jamais raconté ça ! appuya Jean-Jean.
 - Non ? Ah... Et tiens toi bien, j'ai retrouvé le livre la semaine dernière en retournant chez mes parents et j'ai eu une claque ! Savez-vous qui a écrit la préface ?
 Jean-Jean et moi restions sans réponse.
 - Rien moins que Foster ! nous dit Denis tout fier de cette parenté livresque....................................
...........................................................................

J'étais assis à l'arrière de la Twingo et gentiment Denis avait avancé son siège au maximum. Nous nous amusions tous trois que, ainsi, il avait les genoux qui touchaient le tableau de bord mais cela n'entamait pas sa bonne humeur. Nous avions rendez-vous tous les trois avec Alvar un peu plus tard mais pour l'instant, Jean-Jean, Denis et moi-même devions aller voir l'exposition sur le Balnéaire à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine. Pendant que Jean-Jean se concentrait sur sa conduite et que les hauts-parleurs un peu légers tentaient de faire passer Machine Gun Kelly, Denis se retourna vers moi et me dit qu'il avait une surprise dans son sac.
 - Tiens regarde, c'est le livre dont je t'ai parlé la semaine dernière, tu vois, celui que j'avais eu en cadeau. Je te l'ai ramené, j'étais certain que ça te plairait de le voir.
 - Carrément oui. Il date de quand ?
Les deux garçon éclatèrent de rire et devant leur complicité je restais perplexe.
 - Non non David on ne se moque pas de toi...
 - Quoique si un peu...reprit Jean-Jean.
- Mais qu'ai-je fait pour mériter cela ? demandais-je curieux.
 - Non rien de grave mais Denis m'avait dit que ton premier geste serait d'aller voir le nom de l'auteur et la date de publication avant même de regarder le livre.
 - Ah ? Je suis si prévisible ? Ba, les gars excusez-moi mais quand on me confie le désir d'une lecture j'aime bien savoir à qui et depuis quand on s'adresse à moi. Au lieu de vous marrer savez-vous que ce livre date de 97 ? Et qui est ce David Bennet ? Non, j'en suis sûr vous ne savez pas ? Tiens, regardez, c'est même étiqueté en Francs ! Et purée, il était pas donné ce livre ! 185 Francs !
 - C'est cher ? Vraiment ? demanda Jean-Jean.
 - Ba oui, pas mal, pour l'époque ! Ton frère t'avait fait un beau cadeau !
- C'est étrange aussi vieux, j'avais deux ans au moment de l'édition... Ça colle pas.
- Oui, il a dû l'acheter d'occasion. Il te l'a donné en quelle année ?
- Ba, je sais plus, j'avais 9 ou 10 ans, non 9, pour mes dix ans j'avais eu ma console de jeux.
- Donc en 2004, le livre avait déjà 9 ans ! calcula rapidement Jean-Jean.
- Oui, mais c'est un super livre, il a bien fait. Et important pour toi, c'est ce qui compte.
Je tentais de déplier toutes les superbes images sur le siège arrière de la Twingo mais le peu de place et la peur de l'abîmer me firent y renoncer. Un silence se fit, chacun entra dans ses pensées.
Denis revoyait son grand frère plus âgé de 8 ans lui faire ce cadeau, Jean-Jean pensait à comment arriver rapidement en prenant les quais. Pour ma part, je regardais la buée gagner l'intérieur de la voiture et flouter mes vues sur la ville. Machine Gun Kelly grésillait.
- Et toi David ? tu as eu un livre important pour aimer l'architecture ? me demanda soudain Denis.
- Tu veux dire un livre d'enfance ou...
- Non pas forcément, un livre important pour toi.
 - Oui, bien sûr, le guide d'architecture de Dominique Amouroux, le même que celui qui est à l'agence, tu sais, on a déjà parlé de ce livre.
- Mais rien de plus lié à ton enfance ? reprit Jean-Jean.
La buée maintenant formait des gouttes, Jean-Jean mit le désembuage en route. J'espérais qu'il agirait aussi sur la netteté de mes souvenirs.
- Non... je cherche mais non... Denis... Aucun livre sur l'architecture, non...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire