vendredi 21 octobre 2016

Aillaud All-Over



On pourrait rapidement n'y voir que des blocs dressés.
Pourtant, à ceux-ci, répond presque bloc à bloc, un enfant dans la ronde.
On a souvent raillé l'héritage de Émile Aillaud, sa poésie subtile, ses espaces déterminés laissant, croyait-il, à l'enfant l'autorité d'y construire sa ville.
Mais il avait raison. Il faut être bien élevé. L'architecte n'y peut rien, même si ses espaces l'autorisent.
Un arbre dur au premier plan, un peu de sable au pied d'un banc de béton, des petites tours qui se regardent et dont le voisinage doit naître des percées répandues. Se faire un signe, d'une intimité vers une autre. Rien de trop grand, rien de trop égal. Croire aussi en la couleur. Avoir Venise au bout de la pensée c'est délicat, toujours, comme modèle.
Il y avait bien plus d'autorité que de poésie chez Émile Aillaud. Et c'est tant mieux. Vivre, cela demande de la rigueur et surtout demande, mot oublié, ce que l'on appelait de l'urbanité.
Monsieur Bensoussan qui écrit cette carte postale depuis la cité du Wiesberg pour un jeu devait le savoir. Il donne la réponse qui sonne tellement comme l'époque : Olivier et Carole. Où a-t-il trouvé sa carte postale ? Comment a-t-il regardé ce lieu qu'il habitait ? Et surtout, vraiment, comment y habitait-il ? Car tout tient là, bien plus que dans l'architecture, dans la manière dont on habite.
Je le répète, l'urbanité.
Et ce nom de famille pourrait bien être à lui seul un indice et surtout une histoire.
La Poste Française a tamponné sa carte postale. Elle l'a fait avec un dessin de Forbach montrant une porte ancienne de la ville, une porte pour une ville fortifiée.
La Cité du Wiesberg n'était pas fortifiée, elle. Elle était ouverte.
Ouverte.
On ne saura rien du cadrage. Rien d'autre que ce que l'on a sous les yeux. Il faut s'en satisfaire et ne rien regretter. Remercions le photographe des éditions de l'Europe d'avoir construit.
Construire les images, construire les lieux, ça reste un beau verbe, un bel acte, difficile et sans doute plein de remords. Les bords des images sont souvent trop durs, le All-Over ne va pas à tout, surtout pas à l'architecture.



 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire