samedi 14 février 2015

Bron Bron Bron faisait l'avion



 - Oh c'est incroyable !
 - Pardon ?... entends... bien...
 - Je dis... est... oyable...
Jean-Michel fit signe avec son pouce en l'air que la virée lui plaisait bien ! L'avion passait maintenant pour la deuxième fois au dessus de L'U.C. 1 de Bron-Parilly. Le pilote, un type aussi jeune que lui avait appris à piloter en Angleterre à la Royal Air Force pendant la guerre et se permettait des mouvements d'appareil un rien effrayants. Il lui arrivait de tenir le manche entre ses genoux pour pouvoir faire des signes des deux mains à Jean-Michel car le bruit du moteur était assourdissant et caviardait la conversation sans arrêt. Alors les signes des mains remplacèrent le langage des mots et les deux jeunes hommes dans la complicité de leur génération et la folie joyeuse de leur jeunesse commune faisaient des acrobaties qui débordaient largement la mission photographique confiée à l'ingénieur par Bourdeix et Grimal, deux des architectes de cet ensemble hyper-moderne et innovant. Jean-Michel travaillait surtout avec le troisième architecte, René Gagès pour lequel il avait une admiration profonde due au charisme simple et tempéré de ce dernier.





Jean-Michel voyait parfaitement les cabanes du chantier et notamment celle un peu isolée au bord de la route où il travaillait depuis deux mois. Il regardait la forme générale de l'ensemble et s'émerveillait de sa belle grille de façade cinétique et du très beau travail de couleurs fait par Jean Amado mais aussi, il s'étonna de la proportion de cette barre si étroite pour sa longueur qui en faisait depuis le ciel une chose presque fragile, fine, comme un tasseau posé sur son champ. Et quel contraste avec le reste des habitations et du paysage ! Jean-Michel aurait voulu que cette barre coure à l'infini de ce paysage, adoptant sa topographie, jouant avec les vallons comme un mur de pierre avançant dans la campagne. Il se souvenait du choc du projet d'Alger de Le Corbusier et d'ici, depuis l'avion, il se dit que le toit aurait bien pu aussi être un paysage comme pour Marseille.



L'avion fit un appui sur la gauche et reprit de l'altitude puis plongea à nouveau vers la droite et soudain, comme pour confirmer ses réflexions, la grande courbe de l'autre unité de voisinage vint s'inscrire sur le Plexiglass du cockpit. Plus aucune parole, plus aucun geste dans l'avion, les deux hommes étaient comme muets devant la puissance de cette construction qui faisait fi de son  environnement, prenait l'espace et surtout, l'inventait. En même temps que Jean-Michel voyait par transparence les structures, les défis techniques, les réalités de la construction, il était saisi par la poésie délicate de l'ensemble et comment l'architecture ici dessinait le monde au service du logement social. Il voyait dans l'immeuble la force de cette France qui se relève, la naissance possible d'un nouveau monde offrant toutes les ambitions de l'industrie au service des populations à reloger. Et dans cette forme géométrique dont il savait jubiler, dans l'étalement de cette courbe, c'étaient soudain toutes ses compétences réunies qui prenaient formes dans le réel, comme pour dire que la géométrie, le calcul, les mathématiques et les matériaux ne sont pas des abstractions vaines ou violentes mais des outils d'émancipation. Le pilote s'amusa un peu et vint en rase-motte au-dessus du toit sur lequel de minuscules ouvriers travaillaient encore. Puis l'avion passa entre les deux tours avant de remonter d'un coup, clouant les deux hommes dans leur siège.



Jean-Michel eut le temps de reconnaître une dernière fois la voiture de René Gagès et il comprit alors que ce dernier lui avait offert, au-delà de sa mission, une occasion unique de voir son travail.
Grimal, Bourdeix et Gagès venaient par ce vol de lui dire merci pour l'ensemble de son travail de calcul. Il fit pour rien un signe de la main pour tenter à son tour de les remercier.
Il ferma les yeux laissant pendant quelques secondes le bruit du moteur habiter son esprit.
Il faudra raconter cela à Jocelyne.

Par odre d'apparition :
Bron-Parilly, architectes Bourdeix, Gagès et Grimal, vue aérienne sur U.C. 1, éditions J. Cellard.
Bron-Parilly, Vue générale, éditions Cellard, architectes en chef : MM Bourdeix, Gagès et Grimal.
La carte est datée du 2 septembre 1958 à midi...

2 commentaires:

  1. LECLERCQ URBANISTE14 février 2015 à 22:48

    A lire Histoire de l'architecture et de l'urbanisme à Lyon au XX° siècle de Alain Vollerin, chapitre 3pages 58 à 62. Ce ne fut pas de tout repos entre ingénieur et la troupe d'architectes (au total 13 ...plus 2 artistes Amado et Idoux). Mais quels beaux bâtiments à voir avant le massacre perpétré...René Gagès était un homme d'une extrême délicatesse, je l'ai cotoyé lui et son collaborateur Vandera pour la gare de Perrache en 1968/1969.

    RépondreSupprimer
  2. LECLERCQ URBANISTE15 février 2015 à 08:14

    Lire aussi sur ce même blog la page René GAGES qui parle de cette opération.

    RépondreSupprimer