mardi 10 février 2015

25 juin 1955 à Royan



... Pourtant la veille, la dame de l'hôtel de Paris lui avait juré qu'il y aurait une matinée de pluie sur Royan. Et le soleil qui formait des ombres sur la rue Gambetta offrait un démenti parfait et heureux.
Jean-Michel était descendu acheter son journal car personne à l'hôtel n'avait eu le temps d'aller le chercher. En remontant la rue, Jean-Michel regardait les constructions toutes neuves de ce Royan qu'il avait toujours considéré comme un modèle de la Reconstruction offrant une belle unité mais sans l'étalement trop prononcé d'un style comme au Havre. Jean-Michel n'était pourtant pas venu pour la plage ou la mer, il n'était pas venu non plus pour admirer les constructions de ses collègues et ici, celle en particulier de Roger Mialet à sa droite pour cet îlot qu'il aimait tant.



Jean-Michel travaillait sur le projet de Notre-Dame de Royan pour lequel il avait été appelé par René Sarger et Laffaille pour les calculs des poussées. Ils avaient décidé avec Gillet d'offrir une ceinture en mi-hauteur qui formerait ainsi un triforium tenant droit les piliers entre eux et évitant ainsi l'écartement et l'ouverture de la nef. Jean-Michel avait amené avec lui depuis l'agence ses rouleaux et ses calculs et hier, il avait cimenté par accident une paire de mocassins de daim toute neuve et cela finalement le tracassait plus que les risques d'erreurs de ses calculs.
Soudain un grand coup de Klaxon retentit et dans le même moment il fit un écart sur sa droite et vit passer à toute allure une Aronde Plein Ciel qui le doublait. Il comprit qu'il était en plein milieu de la chaussée en ce matin tranquille et que son admiration pour la ville venait de lui faire prendre un risque un peu stupide. Cette manie qu'il avait, même dans Paris, de marcher au milieu de la rue...
Alors qu'il arrivait à l'hôtel, il pensa en posant sa main sur la poignée de la porte aux deux enfants à la maison. Il pensait à ce fils attendu et arrivé un peu par hasard, Gilles et à l'autre, aimé tout de suite,  Mohamed alors qu'il n'était pas le sien. Il pensait à comment il allait fabriquer sa vie avec ces deux enfants, comment il lui faudrait construire là aussi des appuis, là aussi des soutiens et comment et par quels échafaudages, il réussirait ou pas à faire une famille. Il voulait aider Yasmina mais ne voulait pas non plus que cette adoption soit plus forte que sa vraie famille celle qu'il avait fondée avec Jocelyne. Mais ce qu'il ignorait encore c'est que Jocelyne possédait un liant parfait pour faire tenir le chantier de leur vie à tous : un amour simple et qui se multiplie.
"Monsieur Lestrade ! Vos chaussures !"
Cette intonation réveilla Jean-Michel de ses rêveries et de ses doutes. La dame à l'accueil venait de remarquer l'état des mocassins de Jean-Michel et s'en étonnait.
"Oui ! Vous avez vu ! Il faut absolument que j'en achète de nouvelles aujourd'hui !"
" Un monsieur a laissé un message pour vous."
Jean-Michel reconnut immédiatement l'écriture de Guillaume Gillet. La phrase était courte et dure :
"Laffaille est mort hier. Je suis sur le chantier. Venez immédiatement."


























La carte postale est une édition d'Art A. Videau sans date ni nom de photographe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire