dimanche 17 juin 2018

Piscines Tournesol, inventaire engagé paysagé

Elle pourrait être la forme parfaite de la carte postale de piscine Tournesol, une sorte d'absolu :


Nous sommes à Auby dans le Nord et le photographe des éditions Combier cadre parfaitement l'objet. La Piscine Tournesol dans sa livrée orange, la plus courue, la plus significative de son époque, semble bien posée là, esseulée, comme atterrie soudainement. On connait bien ce type de représentation de la piscine Tournesol qui ne permet pas de l'individualiser, ne laissant au contexte de son atterrissage aucune chance de s'exprimer. On pourrait être n'importe où. Les deux arbres en contre-jour ne permettent pas d'identifier la localisation.



















Cela signifie bien que le piège possible de cette image est bien l'édition, à la fois de l'image mais aussi de l'architecture représentée. La preuve ?


Devant ce détail de la piscine de Saint-Laurent-du-Var, j'ai cru reconnaître lors d'un dernier rangement dans mes classeurs celle d'Auby...
Je vous donne la carte postale en entier :


Elle nous permet de voir par deux fois la piscine Tournesol de Saint-Laurent-du-Var, une fois bien contextualisée dans le paysage urbain, mêlée aux autres aménagements sportifs puis plus proche, nous montrant donc le détail de son fonctionnement et de son usage.


Cette image est la preuve de l'attachement à ce genre d'objet architectural, toujours jugé digne de représentation en carte postale. Ici les éditions Gilletta font le travail, la carte est expédiée en 1984 et ne nomme pas l'architecte Monsieur Schœller.
Pour ce paysage de Bar-sur-Aube :


Sur le trottoir, à hauteur d'homme se promenant le long de la chaussée, le photographe cadre la ville au loin, la route qui y mène et la piscine Tournesol. Là aussi, l'image donne peu de chance d'une identification très marquée, le paysage ressemble à beaucoup d'autres, une sorte de typologie française. Mais pourquoi cadrer ainsi ? Pourquoi une route, sa chaussée, sa droiture traversant la ville et son équipement sportif pourraient représenter une ville et ses particularités, suffisamment en tout cas pour croire qu'elle fait sens, donne raison à l'idée d'un pittoresque local ?


L'image est coupée en deux, la petite cité moderne à droite et son équipement moderne et sportif, au loin la ville ancienne, son clocher qui sert de visée à la route, entre les deux les arbres, les fleurs, le petit bonheur des aménagements paysagers des villes. On note comment aussi, maintenant, la nostalgie nous fait aimer le panneau Elf d'une station-service ou d'un garage. Mais comment le photographe a bien pu se décider pour ce point de vue ? A-t-il laissé sa voiture sur le bas-côté, derrière lui ? Est-il venu à pied depuis le centre ville, photographiant à l'envi ce qui lui semble significatif ? Trouvant dans la couleur des fleurs rouges le point joyeux de son image, lien entre la vieille ville et la nouvelle ? Est-ce que vous entendez comme moi le bruit des autos qui nous frôlent ?
La piscine de Bar-sur-Aube a tout perdu de sa beauté. Tout.
Celle de Saint-Laurent-du-Var est devenue blanche.

L'inventaire en cartes postales des piscines Tournesol est un travail. Merci de ne pas venir vous goberger des images sans autorisation, (que je donne gentiment si on prend le temps de me la demander) :
http://archipostcard.blogspot.com/search/label/piscine%20tournesol
http://archipostalecarte.blogspot.com/search/label/piscines%20Tournesol



























Aucun commentaire:

Publier un commentaire