vendredi 30 octobre 2015

Sauvons l'église de Serqueux avant que...

Oui.
Sauvons l'église de Serqueux.
Après le scandale de la destruction de l'église Sainte Bernadette de Grand-Quevilly, seule autre représentation en Seine Maritime du système de construction en fusée céramique, il est hors de question que celle de Serqueux ne puisse être restaurée et classée dans un département dont la liste des outrages vis-à-vis de l'architecture moderne et contemporaine commence à être longue : Niemeyer au Havre, église de Grand-Quevilly, le pont tournant de Dieppe (nous en reparlerons bientôt), l'église Saint Nicaise de Rouen, l'abandon du chef-d'œuve de Mottini devant l'école d'architecture et j'en passe certainement...
La Seine Maritime un département oublieux de son Patrimoine moderne et contemporain ? Oui, maintenant c'est clair et limpide.
L'église de Serqueux tout comme celle de Grand-Quevilly est faite pour l'essentiel d'une très belle voute parabolique constituée de fusées céramiques, système intelligent et rare. Une flèche fine posée en campanile hors de la construction vient lui donner son élan, la signaler. Ce campanile d'une très grande qualité de dessin par sa finesse et par le jeu des formes entre elles suspend un cube contenant les cloches. Le reste de la construction se répand sur le sol dans un dessin en arc de cercle. Il s'agit là de la mise en œuvre par Michel Percheron son architecte d'une grande simplicité, d'une pureté même d'un ensemble religieux moderne, bien marqué par son époque qui mérite toute notre attention.
Regardons cette carte postale des éditions SOFER sans nom de l'architecte Michel Percheron ni nom du photographe :


On notera que la carte postale est colorisée et que le sol de la parcelle de l'église est très largement couvert d'un rouge un rien surjoué. Qu'importe !
On se réjouit de la vue de cette église posée là dans son village et offrant tous ses services dans une modernité acceptée et aimée.
Alors, j'apprends que des mesures de sécurité sont prises car l'église semble fatiguée. Espérons que cette fois les autorités de la conservation du Patrimoine en Haute Normandie, les autorités politiques locales et les citoyens de Serqueux feront le nécessaire pour sauver ce seul et dernier exemple maintenant de ce type de construction en Seine Maritime.
J'avoue que vu la dernière expérience et l'inaction en marche de ces autorités patrimoniales en Haute Normandie et les petites démagogies politiques qui l'accompagne, je crains le pire.
Ça sent la grignoteuse.
ce que dit la PQR :
http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/4133062/l-eglise-de-serqueux-necessite-de-lourds-travaux#.VjOFpqSjv-Y
Quelques images prises par votre serviteur, il y a un an maintenant sous un soleil bas d'hiver normand...









On perçoit très bien ici les fusées céramiques formant les voûtes et qui sont bien similaires à celles de l'église Sainte Bernadette Grand-Quevilly.













3 commentaires:

  1. J'ai bien peur qu'il ne soit trop tard: http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/4992276/breves+normandie/le-clocher-de-l-eglise-de-serqueux-devenu-dangereux-devra-etre-detruit La Seine Maritime ne fait rien pour sauver l'architecture de cette époque.

    RépondreSupprimer
  2. Très inquiétant, on donne la parole à quelqu'un qui n'y connaît rien. La destruction de l'église de Petit Quevilly est presque pour lui une bonne chose! Lamentable!
    http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/5205960/region/a-serqueux-l-abbe-savarin-prone-la-demolition-de-l-eglise-et-la-reconstruction-d-un-espace-partage#.VtXH033hDs0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce lien ! Oui en effet prendre comme raison de la destruction, une destruction déjà établie (Grand-Quevilly) c'est d'une bêtise...De plus cet abbé oublie un partenaire : la DRAC et sa Conservation des Monuments Historiques. Pendant toutes ces années, personnes n'a bougé, laissant ainsi une seule solution : la destruction. On connait cet argument par coeur qui malheureusement pour le patrimoine moderne est le plus fréquent. Et pourquoi demander un avis à ce monsieur ? Pourquoi ne pas interpeler les maires n'ayant rien fait, aucun entretien ni les responsables de la DRAC et son architecte des Bâtiment de France en Seine Maritime que l'on voit à la télé pour la Cathédrale de Rouen mais peu pour le patrimoine moderne totalement abandonné dans ce Département de la Seine Maritime...Voyez l'autorisation de sacrifier Niemeyer au Havre, voyez Grand-Quevilly, voyez St Nicaise, voyez le pont tournant de Dieppe...L'inefficacité de la DRAC de Seine Maritime est une honte.Mais que fait l'A.B.F ?

      Supprimer