mardi 5 mai 2015

Danser chez Marcel Astorg




















Un bâtiment propose une belle courbe percée de fenêtres hautes et étroites, l'ensemble est posé sur des pilotis qui permettent parfois une circulation, parfois un dégagement sur l'extérieur.
Une grande entrée largement ouverte accueille ceux qui vont au restaurant si on en croit la pancarte.
Tout cela respire bien une manière, un style de l'après-guerre, une architecture d'un mouvement moderne adouci et apaisé, certainement bien étudié dans ses fonctions, dans ses circulations mais dont finalement l'anonymat stylistique laisse un peu sur sa faim.
C'est d'une élégance polie depuis cette image.
La carte postale des éditions de l'Europe-Pierron nous montre l'Institut "Marcel Rivière" à la Verrière, au Mesnil St-Denis, groupe appartenant à la Mutuelle Générale de l'Éducation Nationale.
La carte postale ne nomme pas son architecte : Marcel Astorg.
Difficile de trouver quelque chose sur Marcel Astorg qui pourtant a vu son architecture faire deux pages dans l'Architecture d'aujourd'hui en juin/juillet 1959 sans pourtant aucune photographie mais illustrées par des plans et un long texte.
Comment, par quel cheminement de carrière, Marcel Astorg a pu ainsi obtenir un projet d'une telle ampleur ?



Une autre carte postale, toujours aux éditions de l'Europe nous montre la bibliothèque du même institut "Marcel Rivière". Comme souvent c'est le cas pour ce genre de grosse machine, on propose aux résidents des cartes postales de tous les lieux pour démontrer leur modernité et raconter la vie confortable lors de séjours souvent long.
De beaux rayonnages, des tables avec des revues bien rangées, des sièges de Skaï d'une grande laideur et une sculpture apaisante et bienveillante donne à cette bibliothèque une image de sérénité, de sérieux et assez chaleureuse. Bien évidemment, on ne photographie aucun usager et patient...
Mais voilà une fois encore un hasard bienheureux et curieux :
lors de mes recherches sur cet institut, je tombe sur une vidéo réalisée lors d'une résidence artistique dans les lieux par Barbara Noiret que je connais pour l'avoir eue comme étudiante à l'école des Beaux-arts du Mans, il y a bien longtemps maintenant...
Il y est question de danse, de corps, d'espace, d'usage. Je vous laisse regarder. On reconnaît bien les hautes fenêtres.
Alors même que l'architecture semble en être un point essentiel, aucune mention de l'architecte n'est faite dans le texte de présentation.

http://www.barbara-noiret.com/verriere2.html
https://vimeo.com/63242541







Aucun commentaire:

Publier un commentaire