mercredi 1 avril 2015

Sur des tabourets de Madame Perriand


 - Oui ? 
 - C'est Jean-Michel, Jean-Michel Lestrade...
 - Ah ! Jean-Michel ! Comment va ?
 - Mais bien, très bien ! Et toi ?
 - Au travail comme toujours, toi tu as arrêté je crois ?
 - Oui ! J'ai passé la main à mon fils Mohamed, il a repris l'agence et il développe le travail par les ordinateurs maintenant.
 - Oui ? Vraiment ? Dis-donc il y croit à ces machines ? Il est aventureux ?
 - Oui ! De toute façon, il sait revenir à la règle si nécessaire. Il est meilleur que moi tu sais.
 - J'ai vu la belle réalisation que ton agence a suivie à Grenoble, bravo. C'était ton fils je crois.
 - Oui, c'est Momo. Dis-donc, excuse-moi mais justement je t'appelle pour savoir si tu ne pourrais pas le rencontrer, il voudrait voir avec toi pour des projets de formations autour des ordinateurs. 
 - Oui ? Ah... euh... Je ne sais pas, que veut-il au juste ? 
 - Non non, ne t'inquiète pas, il veut venir avec le matériel pour te montrer son efficacité et voir comment vous pourriez faire un gros chantier ensemble.
 - Écoute oui, pourquoi pas. Là je suis en plein sur le chantier de Villetaneuse mais qu'il passe un coup de fil disons en fin de semaine, vendredi, je le recevrai cela va de soi au nom de nos vieilles histoires ! Et Jocelyne ? Comment va la jolie Jocelyne ?
 - Bien, très bien, elle te salue. Elle se souvient aussi de nos vieilles histoires....
 - ....
 - ..... Nikos ?....
 -.... Oui ! Pardon ! Un employé me posait une question... Oui ! Donc tu te souviens du chantier de Marly ?





















 - Avec André Contenay ? Et comment ! On a bien rigolé ! Et on a gagné ! Je racontais ce souvenir à Mohamed, tiens-toi bien, hier justement. Ce chantier ! Quel chantier !
 - Oui ! Comme quoi, il vaut mieux être associé que concurrent ! 
 - Tu sais que c'est ce chantier qui me paye ma retraite ! 
 - Arrête ! Je n'en peux plus ! Ah Sacré Jean-Michel !
 - Oui, c'est la vérité ! Il faut dire que le bâtiment est très beau.
 - En effet, il l'est et, entre nous... heureusement !
 - Ah t'es toujours aussi drôle. Tiens, je te passe quelqu'un, ne quitte pas...
 - Allo ? Nikos ? C'est la Princesse !
 - Jocelyne ? Jocelyne c'est toi ?
 - Mais oui ! Comment vas-tu ?
 - Tu es toujours avec ce coquin de Jean-Michel ? Comment tu fais pour supporter ce voyou ?
 - Il m'a donné quelque chose que tu n'as jamais pu me donner...
 - Des enfants ?
 - Mais non Nikos ! Ah... De la patience ! 
 - Je suis heureux de te savoir heureuse Jocelyne. Tes enfants sont bien élevés et ce que vous avez fait avec Mohamed, personne ne l'aurait fait. C'est tout vous, vous êtes parfaits.
 - Tu es gentil, passe nous voir, la semaine prochaine, je te ferai ton plat favori.
 - Du rouget grillé ? J'arrive !
 - Oui, viens dimanche, tu verras Momo et Gilles aussi. Et tu verras mon petit-fils Alvar !
 - Tu es grand-mère ? Alvar, je parie que c'est Jean-Michel qui lui a trouvé ce nom ?
 - Comme tu dis ! On t'attend dimanche. Tu pourras mieux discuter avec les garçons de vos projets.
 - Et Yasmina ? Comment va-t-elle ? je la verrai aussi ?
 - Non, elle est à la Grande Motte avec la mère de Jean-Michel. Je te le repasse, à Dimanche !
 - C'est Jean-Michel, Tu vois c'est encore Jocelyne qui arrange tout.
 - Veinard ! Je viens dimanche. Je te laisse, j'ai un plan à finir pour demain... Pour Renée Gailhoustet, un immeuble à Villetaneuse.
 - ... Charrette c'est ton second prénom ! Tu es encore charrette ! À dimanche et embrasse Renée pour moi !
 - Salut à toi ! Oui à Dimanche.



La carte postale du siège des Compagnies d'Assurances du Groupe Drouot à Marly-le-Roi est une photographie aérienne magnifique de Alain Perceval imprimée en Draeger. Elle ne comporte aucun nom d'éditeur ni d'architecte, et pas de date ni de correspondance.
Dans l'Architecture d'Aujourd'hui de 1959, on trouve une double page sur le club privé de la même Compagnie des Assurances Drouot par André Contenay, architecte.
C'est, simplement, un petit bijou de légèreté... Et on admirera le mobilier dont certaines pièces semblent de Charlotte Perriand. Qui nous aidera à identifier le reste de ce mobilier ? On notera que la revue ne nomme pas Charlotte Perriand comme ensemblière.


















7 commentaires:

  1. Deux belles chauffeuses de Poul Kjaerholm ;)

    RépondreSupprimer
  2. Je me disais bien que je connaissais ce bâtiment... J'ai un presse papier du groupe Drouot !!
    https://www.etsy.com/fr/listing/224653745/presse-papier-en-bronze-signe-butsch?ref=shop_home_active_1&ga_search_query=drouot

    RépondreSupprimer
  3. Nous avons trouvé recemment un presse papier représentant le siège des Compagnies d'Assurances du Groupe Drouot ;-)
    http://lestrictmaximum.blogspot.fr/2014/10/samedi-5h.html

    RépondreSupprimer
  4. Et en plus on comment la même chose au même moment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 9 minutes nous séparent tout de même !!

      Supprimer