mercredi 22 avril 2015

De Cholet à Saint Pierre-lès-Elbeuf grâce à Wogenscky

 Dernière minute ! Dernière minute !  Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute !  Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute ! Dernière minute !

J'ai signalé ce Patrimoine rare au Maire de Saint-Pierre-Lès-Elbeuf au mois de septembre 2018.
Je n'ai eu aucune réponse...Voici les courriers :

septembre 2018
objet : Patrimoine Moderne et Contemporain
Monsieur Le Maire,

Pierrotin depuis plus de 40 ans maintenant, je n’ai jamais eu l’occasion ou la raison d’écrire à mon Maire. Voilà qui est un début.
Ma ville est un mélange heureux des souvenirs qui y sont liés et des interrogations sur son avenir. La nappe pavillonnaire et la montée en densité reste une vraie question.

Enseignant à l‘École des Beaux-Arts du Mans, lithographe, mais aussi passionné par l’héritage architectural des Trente Glorieuses, je tiens depuis plus de dix ans un blog* sur la représentation de cette Architecture Moderne souvent mal aimée. J’écris des articles, j’y défends ce Patrimoine.
Au lendemain des Journées Européennes du Patrimoine, toujours très populaires (et c’est heureux) je voudrais évoquer avec vous l’une des plus emblématiques constructions de notre ville, construction pourtant, je le crois, trop mal connue et dont l’importance historique devrait être mieux appréciée de mes concitoyens.
Il s’agit, de plus, d’une architecture sociale et collective et ce Patrimoine connait aujourd’hui par les historiens de l’Architecture un regain d’intérêts.
J’aimerai donc vous signaler et évoquer avec vous l’ensemble de logements de Louis Miquel.**
Cet îlot, appelé Résidence des Tilleuls, de part son architecte et de par ses qualités architecturales évidentes et rares doit être protégé et absolument éviter toute restructuration ou défiguration par des opérations malheureuses d’isolation par exemple. Le travail de la brique y étant particulièrement soigné.

Louis Miquel est un architecte moderniste dont le travail important, surtout en Afrique du Nord mérite de la part de notre commune et des autorités patrimoniales une attention particulière tant son œuvre est à la fois rare, délicate et belle.
(Voyez les documents ci-joints).

Pourriez-vous, Monsieur le Maire, prendre en charge une défense active de ce Patrimoine Moderne, établir un plan de communication autour de cette œuvre et demander rapidement aux autorités patrimoniales (D.R.A.C haute Normandie) si ce n’est un classement au Titre des Monuments Historiques au moins l’obtention d’un Label Patrimoine du XXème Siècle ? Cela permettrait de mettre en lumière ce que ce Patrimoine exceptionnel représente pour notre Ville et notre région. Cela serait également le signe que le Patrimoine c’est aussi le Patrimoine Social.

Certain, Monsieur le Maire de votre engagement pour le Patrimoine dans votre commune, veuillez agréer ma Considération Distinguées.

David Liaudet




Mars 2019

Monsieur le Maire de Saint-Pierre-Lès-Elbeuf

Monsieur Desanglois,

je vous ai envoyé un courrier et un dossier au mois de septembre 2018, restés à ce jour sans réponse de votre part ni de vos services d’ailleurs.

Je ne sais pas trop quoi conclure d’un tel silence.
Pourtant il n’y avait rien dans ce courrier de particulièrement déplacé, je crois, courrier envoyé par un habitant de Saint-Pierre qui y habite depuis 1975.
En tant que citoyen de cette ville, la voyant évoluée, changée, je m’étais permis de vous signaler un Patrimoine Architectural rare sur notre commune.
À l’heure du Grand Débat, à l’heure de la Mission Bern, à l’heure donc d’une nouvelle relation citoyenne au pouvoir politique, que la parole d’un citoyen puisse ainsi être ignorée est significatif.

Louis Miquel est un architecte important et le logement social et collectif mérite un regard patrimonial il me semble tout aussi resserré que d’autres. Et c’est le sens de l’Histoire de l’Architecture aujourd’hui.

L’architecture du Vingtième siècle est souvent mal aimée et mal considérée, vous avez l’occasion sur le territoire communal de montrer la chance de posséder un morceau de cette histoire.
Mettre en avant ce Patrimoine qui si il est populaire n’en demeure pas moins national me semblait une piste pour défendre sur notre commune son engagement culturel et son sens de l’Histoire.

J’espère que ce silence n’est pas du dédain de l’initiative populaire mais un oubli.

Messieurs Buttard, Gravigny et Leguillon ne sont pas intéressés par le Patrimoine de leur commune quand il est signalé par un citoyen ?

Veuillez agréer Monsieur le Maire, vous et l’ensemble de vos services concernés par mes courriers  l’expression de ma considération distinguée.

David Liaudet

Et l'article :

Il arrive que les intuitions trouvent les chemins de la raison.
Vous savez comme j'aime tirer les fils de la connaissance, glisser d'une sensation d'image à une réalité construite.
Donc :



Tout commence ce matin avec une carte postale superbe par sa dureté, une de celles qui pourraient comme ça, rapidement, si nous étions Martin Parr, entrer dans la catégorie Boring Postcard. Nous sommes devant l'Institut Médico-Pédagogique "La Rivière Sauvage" à Cholet comme nous le dit la carte postale Eurolux dont la photographie est de Thierry (sic). Au verso figure bien le nom d'un architecte et quel architecte ! André Wogenscky !































Immédiatement, l'image s'éclaire de ce nom et on comprend un peu mieux ce que l'on voit, du moins, ainsi, on a une grille de lecture. Parpaings bruts posés en claustra serré, épaisseur de béton sur toit plat engazonné, gargouille de béton brut au dessin si corbuséen, volumétrie affirmée et d'une simplicité apparente faisant jouer le dedans et le dehors avec un patio, grande ouverture sur l'extérieur ici cachée par un saule pleureur (?). C'est rude et beau. Les parpaings ainsi abandonnés à leur être, n'étant pas recouverts, peints, crépis, donnent toutes la dimension brutaliste à l'image et sa justesse au matériau aimé pour son grain, son état, son rôle comme on laisse les pierres se chauffer au soleil et accueillir les lichens. Je ne trouve aucune publication sur cet institut dans mes archives me permettant de vous offrir des images plus précises mais...
Mais...
Internet et les moteurs de recherches m'offrent un cadeau incroyable !
En cherchant des informations, je tombe sur le fonds de l'architecte Louis Miquel. Dominique Amouroux m'affirme alors que l'architecte de l'IMP n'est pas Wogenscky mais bien Louis Miquel sans doute sous son influence directe, Wogenscky ayant en quelque sorte apporté le projet à Louis Miquel. Et, une chose étonnante en entraînant une autre, il se trouve que l'une des œuvres les plus importantes de cet architecte ayant travaillé avec André Wogenscky se trouve chez moi ! Oui ! À Saint Pierre-lès-Elbeuf !
Saint Pierre-lès-Elbeuf a donc au milieu de son tapis de bombes pavillonnaires une architecture intéressante ? Cette ville de Saint Pierre-lès-Elbeuf qui est en train de mourir du lotissage stupide et aberrant a donc sur son territoire un exemple de logements sociaux intéressants ?
Mais oui. Et... Cela fait des années que je la regarde. Le week-end dernier encore, arrêté au feu, je disais  à mon frère Christophe alors que nous revenions des Emmaüs, que cet ensemble était beau et intrigant... Magie de l'intuition. Je crois aux astres !
En effet l'ensemble est bien de Louis Miquel, et je m'étonne, vu son curriculum vitae, de ne pas être tombé dessus plus tôt ! Il y a donc des moments où les fruits sont mûrs et tombent tout seuls dans nos mains.
Reste une question intéressante : pourquoi André Wogenscky est-il crédité pour l'architecture de l'Institut médico-éducatif de Cholet à la place de Louis Miquel ? Comment cette attribution a-t-elle pu exister ?
Qu'importe ! Sans doute que la raison profonde est la nécessité soudaine de me faire travailler et découvrir une construction près de chez moi.
Une erreur... profitable donc !
Merci à Dominique Amouroux pour toutes ces précisions. On trouvera dans la superbe revue 303 numéro 80 de 2004, un article complet de Monsieur Amouroux sur cette construction de Louis Miquel.

Voici donc quelques images de ce bel ensemble appelé Résidence Les Tilleuls.
On voit donc un ensemble mêlant pans de briques et structure affirmée en béton. les fenêtres feront plaisir à Auguste Perret car en hauteur et poussées de chaque côté des pans de briques. On remarque immédiatement un jeu de façade avec des briques jaillissant des murs et offrant un décor simple mais beau d'ombres portées animant le rigoureux dessin de la grille. On remarque aussi une résidence en parfait état, très bien entretenue, dans un immense parc arboré. Superbe.
Il s'agit donc d'une construction LOGECO.
Il me faudra encore trouver des infos sur ce mode constructif.
Je suis désolé, le ciel est bleu. N'y voyez pas de désir de faire des cartes postales mais simplement, il arrive que la photographie photographie bien le réel et qu'il fasse beau en Normandie. Désolé. Vraiment.












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire