mercredi 29 avril 2015

Lycée hôtelier du Touquet ? Soyons vigilants



Alors que pourrait monter un épuisement sincère dû à une attaque en règle et quasi systématique (on pourra maintenant dire politique...) de notre Patrimoine moderne, alors que la liste des destructions s'allonge sur les bureaux des Ministres de la Culture qui se suivent et finalement se ressemblent, alors que l'action que nous pourrions mener peut sembler vaine et inutile face à des enjeux locaux appuyés sur une inculture architecturale de ceux qui décident (maires, conseils régionaux, présidents d'Université et, pire, architectes...) nous allons pourtant tenter encore et encore de mener un combat pour le respect d'une œuvre superbe qui a tout les atouts pour être maintenue dans le paysage, pour être aimée, pour participer à l'histoire de notre architecture moderne et donc de notre Histoire.
Au Touquet, un superbe bâtiment, étrange, particulier, magnifiquement dessiné eu égard à ses fonctions, ayant participé à sa ligne paysagère pourrait disparaître : le lycée hôtelier. Il est l'œuvre de Pierre-André Dufetel, un architecte ayant toujours été préoccupé par l'architecture de l'enseignement, ayant mené des réflexions et des constructions cherchant à réinventer la relation entre les élèves, les enseignants et leur espace. C'est une architecture, certes spectaculaire qui est érigée au Touquet mais c'est aussi une proposition, une vision, une pensée. On peut lire la très complète fiche sur ce lycée ayant obtenu le Label Patrimoine du Vingtième siècle en 2004. L'intégration des arts y était particulièrement développée avec une collaboration du Groupe de L'Œuf, Centre d'étude et d'Olivier Debré. Remanié, il garde toute sa force totémique qui en fait l'un des points forts de son paysage. Publié, remarqué, il est aussi imprimé sur de nombreuses cartes postales, permettant sans doute à la fois aux lycéens de montrer leur lieu d'apprentissage mais aussi aux touristes de faire valoir la richesse contemporaine de la ville du Touquet.
Alors...
Alors il est encore question de l'avenir incertain d'un tel objet architectural ayant obtenu un Label dont je pense, de plus en plus, vu la politique culturelle actuelle et le manque d'engagement généralisé, qu'il ne sert à rien. À rien. Il est grand temps de poser sur la table la question de l'avenir d'un Label bafoué et qui ne sait pas (ne sait plus ?) être un outil de préservation et d'éducation à l'architecture moderne et contemporaine. Ce Label ne devrait-il pas être un vrai sas vers une inscription ?
On peut toujours encore espérer. Pour l'instant aucune décision n'est prise.
Nous, Comité de Vigilance Brutaliste, suivrons ce dossier et donnerons à tous l'occasion de voir la gestion d'un tel cas qui, espérons-le, ne ressemblera pas à celui en cours à Toulon...
Alors, ceux qui ont dans les mains l'avenir d'un Patrimoine reconnu par les autorités scientifiques et patrimoniales, reconnu dans son usage, reconnu enfin, dans l'histoire de sa ville vont devoir montrer leur attachement, leur réaction, leur dynamisme et surtout... leur courage.
Voyons qui aura du courage au Touquet.

Lisez ici :
http://www.lavoixdunord.fr/region/le-touquet-le-lycee-hotelier-pourrait-demenager-pour-ia36b49168n2553918

Anciennes publications ici :
http://archipostcard.blogspot.fr/2008/08/dominique-m-me-conseille.html
http://archipostcard.blogspot.fr/2010/09/arlequin-5.html

Regardons donc deux cartes postales nouvelles.
En premier, une édition de l'Europe-Pierron sans nom d'architecte ni de date. La correspondante ne fait aucun cas de l'architecture ni en bien ni en mal...
En second, une édition Mage pas plus bavarde ! On notera la différence de teinte entre les deux images.








Aucun commentaire:

Publier un commentaire