dimanche 10 janvier 2021

Y'a bon Nichonville

 Il est toujours heureux de trouver une image de plus. Comme si, un cadre supplémentaire permettait en quelque sorte de prouver un peu mieux la validité d'une architecture ou d'être simplement un peu plus informé sur un Monde maintenant disparu.

Qui aurait pu croire qu'un jour nous regarderions les cartes postales de Notre-Dame de Paris avec  nostalgie et émotion car elles sont toutes aujourd'hui des documents de ce qui en a disparu après l'incendie ?

Alors, lorsque les expériences architecturales sont en plus rares, un peu oubliées, voire même détruites, il est heureux qu'une photographie supplémentaire me permette de me conforter dans l'existence de cette expérience.

Regardez, regardez à nouveau, comme si c'était la première fois ceci :


Les fidèles de ce blog auront reconnu les incroyables Maisons-Ballons de Dakar aujourd'hui menacées pour ne pas dire disparues. Cette carte postale doit être bien rare, elle ne comporte au dos aucune information d'éditeur ou de photographe et encore d'architecte : Wallace Neff. On dirait presque une carte-photo. Malheureusement pas expédiée, cette carte ne nous permet pas non plus d'avoir la joie d'une correspondance et d'une date...

Et vous avouerez que la qualité de tirage reste assez pauvre, tout comme celle de la prise de vue peu contrastée. Ne nous reste que le plaisir d'être là au milieu des Maisons-Ballons de Dakar, un peu en hauteur, perdus dans la végétation luxuriante. En bas à gauche de l'image, le petit bordel de bouts de bois est bien un poulailler bricolé et à droite on devine une ampoule qui pendouille mollement devant la fenêtre. Tout cela donne une idée un peu misérabiliste de l'ensemble que le noir et blanc de l'image accentue certainement. La végétation aurait pu avec sa verdure faire chanter un peu mieux cet ensemble. Et ce qui m'étonne c'est bien cette végétation car les cartes postales que je possède de cet ensemble ressemblent plus à cette autre inédite carte postale :


Ici, on devine mieux le plan et l'alignement des Maisons-Ballons, on remarque donc que peu de végétation couvre le sol. Faut-il en déduire un temps assez grand entre les deux cartes postales ? Mais ce qui est amusant sur cette dernière carte postale c'est la correspondance au dos de celle-ci, ne manquant ni d'humour ni aussi de critiques amusées. Je vous laisse lire !


On aimera l'appellation de Nichonville et l'humour sur le soleil qui chaufferait un peu trop la tête des architectes. On devine aussi que l'utilisation du terme Métropolitains est bien une critique sur une distance entre la réalité du terrain et l'étonnement de la réponse architecturale, comme si seul un métropolitain pouvait croire en ce genre de réponse urbaine pour Dakar...

Bien entendu, pour ce qui est de la valeur patrimoniale des Maisons-Ballons de Dakar, c'est à la population locale d'en décider en toute démocratie, avec l'aide des institutions locales de défense du Patrimoine. Pas de doute que, à la fois l'objet et l'origine, malgré l'intelligence des deux, en soit certainement les raisons de leur perte aujourd'hui.

Je vous laisse juge de ce qui se passe et de ce qui pourrait se passer.


Pour ceux qui voudraient relire les anciens articles sur les maisons-ballons ou sur Wallace Neff :

http://archipostalecarte.blogspot.com/2013/06/dair-et-de-beton-wallace-neff-dakar.html

http://archipostalecarte.blogspot.com/2019/08/labbe-pierre-et-sa-boule-zero.html

http://archipostalecarte.blogspot.com/2016/01/le-palmier-la-bulle-et-wallace-neff.html

http://archipostalecarte.blogspot.com/2015/02/wallace-neff-est-gonfle.html

http://archipostalecarte.blogspot.com/2013/07/le-sucre-en-morceau.html



Aucun commentaire:

Publier un commentaire