samedi 31 mars 2018

Série Fernand Nathan le retour, épisode 4


Alors ?
Vous savez où vous êtes ?
Une barre basse s'étend dans une douce diagonale sur toute la largeur de la carte postale, nous pourrions bien être partout, chez n'importe qui, dans n'importe quel programme de logements collectifs.
Fenêtres en bandeaux, blancheur accentuée, décrochements réguliers de la façade, rien depuis cette distance qui nous permette de crier au génie, de sauter sur notre chaise devant autant d'audace moderniste...
Pourtant c'est Herr Gropius qui sert la soupe ! Oui...
Nous sommes devant le lotissement appelé Siemenstradt-Berlin par l'éditeur. Le cliché lui aussi autorisé par Herr Gropius est de l'agence Keystone. Siemenstadt nous dit bien qu'il s'agit d'un ensemble construit pour loger les ouvriers de chez Siemens... On notera que l'éditeur Nathan oublie un S, il s'agit bien de SiemensStadt...
Vous trouverez partout les informations sur ce groupement de constructions pour lequel Herr Gropius n'était d'ailleurs pas seul à proposer des îlots.
Une fois encore le choix de cette photographie pose des questions. D'abord, peut-on vraiment aborder la modernité par ce biais ? Peut-on vraiment en comprendre sa radicalité ? Que voulait donc affirmer l'éditeur avec un tel choix d'image aussi peu remarquable, même à l'époque ? On n'y voit goutte comme dirait l'autre...
Seuls, sans doute, la répétition et l'étirement infini pouvaient provoquer un peu d'interrogation sur la portée de cette architecture. On peut lire aussi son implantation, certes, un rien travaillée par le photographe venant mettre buissons et bouleau sur le premier plan, accentuant l'effet de ville dans un parc. Ce nettoyage d'ailleurs du plan herbeux, la radicalité de cette moquette vide sous les fenêtres de tous les habitants laissent pantois. La valeur de cette vacance paysagère devrait agir comme une qualité, s'opposant de fait, propre, ininterrompue, à la construction pure, devenue une abstraction habitable. Prospect visible et sans fin.
L'image en fait dit peu de l'architecture en tant que liaison, que jeu des passages et des limites, du plan et des articulations. La nature réduite à un parc se doit de laisser s'étaler la bande construite affirmant de fait une égalité de traitement des habitations, si ce n'est des habitants. Un égalitarisme d'image qui assigne à la fonction collective du logement le désir d'une architecture éteignant les différences. De fait, une architecture de classe où chacun, en montrant du doigt son chez soi, montre celui du voisin.
Est-ce ce qui en fait la profonde beauté ? Oui.
Alors dans cette série Fernand Nathan, avec quoi accompagner Herr Gropius ?
J'avais envie d'une forme bien tendue, bien nette. J'avais envie d'une sensualité d'épiderme dans un matériau étranger. Une forme sur la pointe des pieds, légère, gracile mais solide, j'ai eu envie de ça :
la Diane de Jean-Antoine Houdon.




























































Aucun commentaire:

Publier un commentaire