dimanche 3 juillet 2016

Oasis éternelle



......................................................................
..........................................................................................................
On entendit alors, sur le haut de la colline,  Jean-Michel Lestrade crier Azurazia, Azurazia !
Il venait voir la réalisation de son ami Zevaco.
Il venait pour la dernière fois au Maroc, il avait la paume de la main sous le menton de son fils Mohamed qui, lui, ne comprenait pas très bien pourquoi son père adoptif, soudain, ici, à Sidi-Harazem, devant cette piscine thermale, se mettait ainsi à crier un nom dont il ne connaissait pas le sens.
Pourtant, le jeune garçon, comme son père, était abasourdi par l'incroyable lieu. Tout dans ce paysage était saturé d'une aura étrange. Sans doute que la fonction d'oasis éternelle de cette construction venant cueillir les eaux salvatrices dans un paysage aride et beau devait construire dans l'imaginaire des deux visiteurs une image d'un autre monde.
C'est comme si, là, Zevaco avait offert au ciel un écrin.
Le cercle parfait du bassin ombré par le cercle parfait d'un immense parasol de béton, l'ensemble comme suspendu au-dessus d'un plan d'eau osant reprendre à son tour l'émeraude du ciel marocain, tout cela était bien une géométrie superbe régalant l'œil.
La sécheresse brûlante aux pieds des baigneurs de ce béton surchauffé faisait en un clin d'œil disparaître les traces de pas. Rien n'échapperait à la perfection de ce contraste car tout, nature et architecture, n'est que formes parfaites sous le soleil.
Mohamed s'y baigna.
Jean-Michel en fit de même. Ce fut leurs fonds baptismaux. Un père tout neuf, un fils tout neuf.
Azurazia ! Lança à son tour Mohamed au milieu de la piscine.
Ils leur semblèrent entendre en écho, comme revenir doucement du fond des vallons bien après leur départ un autre nom :
Agadir !
Agadir !

 
 

On notera les très beaux dessins de Jean-François Zevaco visibles sur le site du FRAC Centre :
http://www.frac-centre.fr/auteurs/rub/rubinventaire-detaille-90.html?authID=204&ensembleID=1027
On notera que Azuzaria est emprunté à Nicolas Moulin, qu'il veuille bien m'excuser de cet emprunt.
Je n'oublie pas le Maroc, Nicolas. Je n'oublie pas le Maroc, Olivier.
Sur Azurazia, on peut en apprendre plus ici :
http://www.franceculture.fr/emissions/creation-air/acr-cnap-back-azurazia

Par ordre d'apparitions
-Sidi-Harazem, Pisicine Thermale, édition Komaroc S.A.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire