lundi 7 septembre 2015

Ceci est une maquette

Voici une carte postale de Royan qui offre par beaucoup d'approches, une définition juste de ce que la carte postale peut porter comme regard sur l'histoire de l'architecture.
Commençons.
Image :


Une fois encore, avec une très grande qualité photographique, cette carte postale des éditions La Cigogne nous donne à voir l'un des éléments phares de la reconstruction de Royan : sa maquette. Nous avons déjà beaucoup glosé sur celle-ci et sur son mode de représentation mais voici un point de vue encore inédit sur la manière dont la ville projetait son avenir. Il s'agit d'un point de vue sur le port et la jetée qui comporte dans sa masse une relative exactitude avec ce qui sera construit mais dont les détails révèlent bien des différences comme le casino à l'extrême-droite de l'image ou l'absence du Café des bains juste au-dessus. 




On devine pourtant parfaitement la résidence de Foncillon mais le Palais des Congrès ne semble pas très bien défini. À l'entrée du port, un sémaphore guide les bateaux, sémaphore dont on reparlera plus bas. Une fois encore, la photographie de la maquette se fait sur un fond noir égal, tendu, pour mieux donner à voir le projet d'urbanisme qui, lui, est d'une blancheur immaculée comme il se doit dans le mode de représentation de l'époque. Le dessin du port lui-même me semble un peu fantaisiste mais j'avoue moins connaître cette partie de la ville. Là aussi, le photographe choisit de faire une prise de vue comme s'il volait au-dessus de la ville, comme d'ailleurs en feront vraiment les pilotes de la ville une fois celle-ci construite. 
Au verso de la carte, on note un élément intéressant c'est le titre auquel est ajouté cette phrase : "Royan sera l'une des plus belles et luxueuses stations balnéaires."
Si cela est juste, on s'étonnera que le mot station soit employé au lieu de ville et que luxueux soit présent à la place de moderne. Car si Royan est moderne, peut-on dire qu'elle est luxueuse ? Cet argument est celui d'une ville voulant accentuer son côté balnéaire.
L'autre chose qui est vraiment surprenante c'est la date d'expédition : 30 juillet 1952. Cela est très tôt dans l'histoire du réveil de la ville qui est encore en chantier ce qui explique aussi le choix de la maquette comme image de la ville.
Mais voilà que pour une fois, en une phrase unique, la correspondance aussi est intéressante. Pourtant très courte, la phrase ne dit que "Ceci est une maquette" sans jugement, sans autre mode d'explication ni même d'autre notation du type météorologique. Le ceci me laisse à penser que Mimi avait peur d'une confusion et que la maquette apparaisse comme trop réelle pour son correspondant. Peut-être aussi, est-ce là une manière de mettre de la distance entre le projet, la proposition et la réalité à venir. Une forme de doute sur cet avenir. Qui sait ?
Mais voici une autre belle carte postale de Royan qui nous permettra de revenir sur un beau mais petit objet architectural.
Voyez :


Toujours chez La Cigogne éditeur, voici une vue étonnante du sémaphore et du bac qui entre au port. Certes, il y a peu d'architecture sur cette image, j'en conviens, mais c'est un bel objet, bien dessiné autant pour sa fonction que pour satisfaire à une modernité partout diffuse et que nous donne à voir la ville de Royan animée par les joies des allers-et-retours des navires. On devine une vie autour de cet objet dont je ne connais pas bien le fonctionnement ni le rôle. Mais tout dans son dessin me raconte que la plus belle ville du Monde est celle qui est capable même dans l'utilité de mettre de la beauté. Cette ville c'est Royan. Royan...
Pour revoir cet objet, retournez là :








Aucun commentaire:

Publier un commentaire