samedi 2 février 2013

Des ronds dans l'eau


Une carte postale.
Une image.
Un moment, une seconde à peine.
Sur cette carte postale Théojac dont la photographie est de Jean-Claude Meauxsoone on perçoit la Grande Motte. On en devine un morceau. L'éditeur nous parle de " Nouvelle Floride Française " et des "immeubles pyramidaux". Il ne nomme pas l'architecte.
Mais le tour de force du photographe (oui je ne vous ai pas encore dit à quel point j'aime cette photographie) c'est bien d'une certaine manière de nous faire oublier cette architecture. Je veux dire de nous donner à voir un micro-événement qui fait que, irrémédiablement, l'œil glisse sur les façades ajourées des immeubles pour s'attarder sur le premier plan.



Là, dans un pantalon de toile d'un vert pomme qui en marque l'époque, un garçonnet fait un bond d'un cercle de béton à l'autre. Son mouvement suspendu, gracile et un rien maladroit aussi offre une spontanéité en contraste total avec l'architecture mais en révèle en même temps sa joie de vivre et ses espaces interstitiels qui fabriquent une ville pensée, dessinée pour une forme de bonheur balnéaire. La gamme colorée de l'image se trouve ainsi équilibrée par ce ça photographique : un gamin bondissant.
Une image d'une incroyable beauté, nostalgique aussi car je me reconnais dans cette époque, dans ces vêtements.



Au second plan, des enfants plus âgés forment un triangle aux couleurs brunes et ocres qui doivent sans doute pourtant être en relation avec ce gamin du premier plan. L'image est d'une construction spatiale incroyable !
Mais aussi cette carte postale et cette photographie de Monsieur Meauxsoone me font penser à d'autres grands photographes ayant ainsi suspendu un geste. D'abord Cartier-Bresson avec ce saut suspendu :



Mais aussi à Lartigue avec cet enfant génialement retenu pour l'éternité dans son plongeon !


Et j'imagine alors que les cercles de béton sous les pieds de l'enfant de la Grande Motte sont la matérialisation des cercles que dessinent les pierres jetées dans une flaque. L'enfant sautant de cercle en cercle, marchant en quelque sorte sur l'eau.



On retrouve cet espace sur cette autre très belle carte postale de la Grande Motte :
la carte postale est aussi une édition Théojac qui cette fois ne nomme pas son photographe. Mais au vu de la visée (?) je suis persuadé que Monsieur Meauxsoone a aussi réalisé cette photographie !



Regardez comme on a l'impression que les cercles de béton sont ceux-là mêmes qui furent découpés dans la façade des immeubles de Monsieur Balladur !
Quel cliché !
Le port et la ville se découpent au travers de ce grand cercle. Nous sommes ainsi pour un temps de regard des habitants de la Grande Motte. Et sans doute que la joie des gamins sautant de cercle en cercle et faisant des ronds dans l'eau nous donne l'occasion d'aimer un peu plus cette ville étonnante. Les photographes de cartes postales sont de grands photographes.

2 commentaires:

  1. Cher monsieur Architecture de cartes postales 2, vous avez précédé (mais par quel miracle ?) notre message vous prévenant que vous étiez dorénavant sur "Soyons-Suave", pour votre plaisir ou votre honte et que le retrait de toute allusion à votre site extraordinaire ne pourrait se faire que moyennant une très forte rançon.
    Merci mille fois à vous pour ces promenades et ce regard.
    C'est si suave Internet, parfois...

    RépondreSupprimer
  2. le garçonnet est en fait la fille du photographe !

    RépondreSupprimer