mardi 9 mai 2017

VVF, un manifeste oublieux

Il est paru récemment un livre qui pourrait bien avoir été simplement publié pour ce blog.
En effet, depuis 10 ans maintenant, nous chantons ici les qualités architecturales des Villages Vacances Familles, qualités parfois oubliées mais sauvées grâce à l'édition populaire des cartes postales. Peu de moments sociaux, peu de révolutions des loisirs n'auront autant produit d'architectures aussi diverses en assumant parfois à la fois une forme traditionnelle ou révolutionnaire, tentant partout l'expérimentation, comme si l'espace des vacances pouvait aussi être celui d'une disposition d'esprit apte à vivre l'architecture autrement.
Oui, les V.V.F. furent bien des chantiers d'expériences dont ce livre tente de faire le tour, de rappeler l'histoire et d'aborder par l'analyse à la fois les parcours des architectes et de l'époque la grande détermination novatrice.
Je ne vous ferai pas l'affront de vous rappeler le nombre incroyable de publications que ce blog a produit ou le nombre de fois où j'ai évoqué cette richesse en conférence, il vous suffit de vous rendre sur le blog-roll à droite de cette page pour trouver le lien V.V.F.
Sans doute, et j'ose le croire, que ce blog a participé plus qu'activement à la révélation de cette architecture, a contribué à sa médiatisation. C'est tant mieux. Les V.V.F sont devenus un corpus de ma collection et ce livre est une sorte d'hommage qui s'ignore à son iconographie.
Ne soyez pas inquiets, nous continuerons de montrer autant que nécessaire ces belles architectures et de défendre aussi leur préservation. Malheureusement, certaines architectures ont déjà été en partie détruites, saccagées, transformées souvent de manière honteuse, ajoutant à une belle modernité humaniste des accessoires régionalistes d'une faiblesse intellectuelle indigne du travail effectué alors par les pionniers des V.V.F...
Nous espérons donc que cet ouvrage très complet, très bien illustré plus que largement d'ailleurs par des cartes postales, puisse une fois pour toutes ouvrir le débat sur ce Patrimoine. N'oublions pas que parfois, au-delà des institutions et des "chercheurs", ce sont les citoyens qui sauvent et mettent en lumière cet héritage. (Candilis à Port-Leucate par exemple avec Clément Cividino)
Nous prendrons donc ce livre comme un objet de défense, un outil de mise en lumière, dans l'espoir fou que les propriétaires, les agents locaux du Patrimoine, les chercheurs en architectures (les vrais), les responsables politiques puissent voir dans les V.V.F une histoire commune nationale, une chance patrimoniale, une leçon pour nos futurs architectes, bref, un MANIFESTE social et architectural vivifiant, solide et surtout vivant.
Je me permets un regret et, je sais que les auteurs le prendront avec sourire et même complicité : il est dommage qu'un corpus architectural aussi inscrit à la fois dans son programme et dans sa représentation par les cartes postales n'ait pas eu droit à une analyse de son image par ce type de représentation. Comment en effet on rend compte des usages, comment l'image même de l'architecture a-t-elle pu être fabriquée pour être une photogénie des vacances, comment la joie de vivre a pu trouver dans la carte postale une nécessité de partage, ajoutant, retranchant les animations des lieux, les choix de cadrage, l'envers du décor ?

Pour une autre fois sans doute...

J'avoue être particulièrement heureux qu'enfin la personnalité d'André Gomis y soit bien étudiée ce qui permet de voir son travail remarquable, que nous avons défendu ici si souvent et avec force. (voir ci-dessous)
Parfois, l'impression de certaines images est un rien écrasée comme si l'encre avait été absorbée par le papier en perdant un peu en finesse. Rien de très grave mais c'est un peu dommage pour une iconographie aussi riche et parfois inédite. Venez les revoir correctement sur ce blog.
On notera alors même que l'iconographie de ce livre s'appuie sur les cartes postales, l'absence de ce blog dans la bibliographie ou les remerciements.

Tant pis pour moi.
C'est là le signe pour les auteurs de ma transparence comme chercheur sans doute.

Je vais continuer tout de même de participer à un regard sur ce corpus pour l'offrir gratuitement à vous tous ici.

Merci aux auteurs et éditeurs pour cet envoi. Vraiment, c'est gentil. Merci...

pour relire et revoir les cartes postales :
http://archipostalecarte.blogspot.fr/search/label/V.V.F.
ou
http://archipostcard.blogspot.fr/search/label/V.V.F%20architecture
pour André Gomis :
http://archipostcard.blogspot.fr/search/label/Andr%C3%A9%20Gomis
ou
http://archipostalecarte.blogspot.fr/search/label/Andr%C3%A9%20Gomis
pour Jean Percillier :
http://archipostcard.blogspot.fr/search?q=percillier

L'aventure des V.V.F, villages vacances familles, 1959-1989
éditions du patrimoine,
collectif d'auteurs.
isbn-9-782757-705223
25 euros, achetez votre livre chez un libraire indépendant.














2 commentaires:

  1. daniel leclercq urbaniste opqu9 mai 2017 à 10:57

    j'au découvert ce livre ce matin même sur le site de LA CULTURE et je découvre dans votre sélection qq images que vous avez présenté lors de votre conférence débat avec F. Chaslin ce 9 novembre à 19 heures à la Cité de l'Archi... Si vous n'avez pas un DEA avec mention très bien vous ne pouvez pas espérer entrer en Doctorat... alors le tenter en VAE? JE NE VOUS RACONTE PAS L'AVENTURE. même si vous avez 4 années de pratique pro à haut niveau, 3 DESS et que vous avez été enseignant... Pari ces qq chercheurs profs il y a des divas... dommage pour ceux qui bossent sur le terrain...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je peux sourire devant autant de citations transparentes à mon égard ou être en colère, une fois encore, devant la manière dont on NE me remercie PAS. L'iconographie ici exploitée ne l'est même pas pour son contenu mais comme une forme comme une autre. Aucune analyse de ce corpus, on prend, on remercie les auteurs et on oublie ceux qui, depuis 10 ans mettre à jour ce partimoine. Je laisse les "grands chercheurs professionnels" à leur dédain. Ce blog n'est même pas nommé dans les remerciements ou dans la bibliographie...Merci d'être passé là, d'avoir pioché et d'oublier...J'ai l'habitude malheureusement...

    RépondreSupprimer