samedi 11 février 2017

Jean Prouvé en banque



Peu de cartes postales auront attendu aussi patiemment d'être publiées sur ce blog. Je mène l'enquête sur celle-ci depuis deux ans. Vous savez que je chante souvent ici ma mémoire visuelle et j'étais persuadé, lorsque j'ai acheté cette carte postale, d'avoir lu un article sur ce bâtiment. Il faut dire que mon intuition avait aussi glissé sur les panneaux de façade métalliques et que la localisation à Nancy Laxou affirmait encore plus la possibilité d'un travail de Jean Prouvé.
J'avais cru voir dans ces publicités des panneaux Matra 2 la solution à mon énigme mais rien ne venait franchement me donner raison.
Et puis, mercredi, las de n'avoir pas de réponse, j'ai repris les recherches. J'ai mis un temps fou d'abord à localiser sur Google la Société Nancéienne et Varin-Bernier mais l'acronyme me permit à la fois de la localiser et miracle ! de trouver cet article qui solutionne tout à lui tout seul ! Article publié en 2012 ! Comment ne l'ai-je pas trouvé plus tôt ?....
Merci ! Merci !
L'article nous donne donc Jean-Luc André comme architecte et donc bien Jean Prouvé pour la réalisation des panneaux de cette façade. Disons-le tout net : on adore ce bâtiment ! Le plan en 19 hexagones, la tour de béton, tout cela relève d'une très grande architecture du tertiaire en France, architecture si mal aimée...









Une fois encore l'association d'un plan radical et affichant dans sa forme d'alvéoles de ruche,  un désir possible d'extension associé à une légèreté presque fragile d'un module de façade répété et offrant une peau de métal gainant cette forme, tout cela donne une architecture belle, intelligente et surtout parfaitement en accord à la fois avec l'image de l'entreprise et sa fonction programmatique. Oui. Une merveille. On regrettera de ne pas avoir plus d'informations sur : "Pour la conception des façades, il s'est tourné vers Jean Prouvé. Ce dernier a fait appel à une entreprise spécialisée du Nord qui réalise notamment des bardages métal pour le métro et les trains. Les fenêtres rectangulaires aux angles en arrondis ressemblent d'ailleurs à celles que l'on trouve communément sur les wagons de chemin de fer."
Quelle est donc cette mystérieuse entreprise spécialisée dans le Nord ? Est-ce que ce type de panneau fut utilisé ailleurs par Jean Prouvé ?

Décidément, en ce moment, Nancy et les murs-rideaux sont à l'honneur !
Revenons à la carte postale.
D'abord, une fois encore, le fait qu'un tel édifice ait pu avoir droit à une carte postale reste aujourd'hui assez étonnant. Il s'agit bien d'un mode de communication car l'éditeur est Integral Publicité à Nancy. Sans doute, une carte postale offerte aux clients pour envoyer une image moderne de la Société Nancéienne et Varin-Bernier. On notera le nom du ou de la photographe : MAD. Aucune date ni aucune mention des architectes Jean-Luc André ou de Jean Prouvé.
Le choix d'une image nocturne est aussi original. Manière de faire percevoir l'intérieur ? Manière d'adoucir un rien cette modernité en offrant une vision fantastique ou simplement, en jouant avec l'enseigne lumineuse, manière de faire passer en avant le logo et le nom de la société ? Certainement.
Mais voyez-vous, une fois encore la carte postale a su enregistrer une belle architecture, sans doute un peu oubliée et pourtant extrêmement puissante et importante. Ne reste qu'à souhaiter que les conservateurs du Patrimoine fassent le travail d'inventaire et que cet exemple soit protégé.
Allez ! Soyons optimistes !
Je remercie vivement Céline Lutz et Catherine Ruth qui nous ont donné l'occasion de lire le témoignage de l'architecte. Vous voyez, moi, je nomme mes sources...
On reviendra bientôt sur Jean Prouvé et la publicité.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire