dimanche 7 décembre 2014

Depuis le balcon, la vérité


Cette carte postale de Bagnols-sur-Cèze est pour moi, dans ma collection (recherche permanente de visions architecturales prouvant la validité d'une certaine école), l'une des cartes postales les plus importantes. Il faudra pour m'en séparer que vous me l'échangiez contre une carte postale de l'intérieur du Palais des Congrès de Royan dédicacée par Jean Prouvé et envoyée à Claude Parent...
Bonne chance...
Regardez la modernité :





À gauche vos yeux frôlent le bord même de l'architecture. Vous avez posé vos coudes dessus pour tenir bien fermement l'appareil pendant le temps de pose. Vous aviez cru viser une architecture et finalement c'est l'espace entre celle-ci qui se révèle, espace ouvert et dessiné. Au loin, car rien n'est associé trop près de l'œil, au loin, les autres comme vous jouissent de la trouée. C'est ordonné cela ne veut pas dire violent.
On voit le ciel. Le voyez-vous ?
Que ferez-vous de tout cet espace ?
Que ferez-vous de la radicalité humaniste construisant votre vie ?
Vous êtes venu pour l'atome, pour en inventer la force productrice, donner vos bras et votre tête. Vous êtes un nouvel arrivant, presque un exilé dans ce monde nouveau comme les premiers habitants des Chroniques Martiennes.
Le point de vue, le point de vie.
Voyez déjà les points des enfants répartis sur le sol. Ils prennent position, ils prennent l'espace. Ils sont chez eux. Ils atomisent.
Et, assis dans le fauteuil de rotin un peu moderne un peu naturel un peu chaleureux, vous lirez l'article paru dans l'Architecture d'Aujourd'hui consacré à Bagnols-sur-Cèze.
Au loin, quelques cris d'enfants, quelques pas dans l'escalier. La lumière pourtant baigne les pages du magazine.
Vous vous direz que vous êtes au cœur de cette modernité.
Vous vous endormirez doucement et c'est le magazine en tombant sur le sol qui vous réveillera.
Vous aurez vieilli de 50 ans, tout aura vieilli de 50 ans même les idées d'un urbanisme humaniste, même les rêves d'une Cité Idéale pensée par des architectes pour les hommes.
Tout le monde aura oublié l'expérience de Bagnols-sur-Cèze.
























Aucun commentaire:

Publier un commentaire