lundi 24 décembre 2012

Noël blanc sur la planète Hoth

Je vous le dis de suite : je n'aime pas la neige.
Je n'aime pas ce froid blanc faussement gentil qui pèse un âne mort. Je n'aime pas cette boue en devenir qui par sa blancheur nous leurre. Je n'aime pas la paralysie active qu'elle maquille sous les joies enfantines. Je n'aime pas les batailles de boules de neige et les recevoir dans le cou. Je n'aime pas le ciel qui va avec, d'une lumière d'hôpital blanche et mortifère.
Mais je ne vais tout de même pas un jour de Noël priver mes lecteurs et lectrices qui aiment la neige de la voir sur les architectures et sur des cartes postales.
Vive la neige !



Nous voici de retour devant une vieille connaissance. Notre-Dame-des-Neiges de l'Alpe d'Huez  (par Jean Marol architecte), et qui n'a jamais aussi bien porté son nom que depuis cette carte postale Cap expédiée en 1971. Ce qui est spectaculaire c'est bien que l'amas de neige forme une sorte de paysage post-apocalyptique dont seul émergerait un silo d'envoi de missiles nucléaires !
Le "clocher" en béton brut reste seul dressé dans le blanc comme perdu sur la planète Hoth. Sans doute qu'un Tauntaun va surgir bientôt !
Pour ceux qui auraient oublié comment est construite cette église Notre-Dame-des-Neiges la voici sur une carte postale en multi-vues aux éditions Cellard. Les plus attentifs remarqueront une transformation du dessin du "clocher".



Comme une saignée géniale, comme la preuve absolue que construire n'est pas camoufler, le "versant-sud" de Bourg Saint Maurice aux Arcs.



Une veine tellurique trouvée dans la roche, un balcon de bois frais se pose dans un paysage l'accompagnant, le soulignant de sa parfaite géométrie et vient, geste magnifique, dans un creux se lover.
L'Atelier d'Architecture des Trois-Arcs fait un travail superbe avec la remarquable conjonction des talents de Charlotte Perriand et Gaston Regairaz, travail que la neige et son appétit rendent nécessaire. La carte postale Combier rend parfaitement hommage à cette construction. Au fond on devine les chalets "Arc Pierre Blanche" du même Atelier d'Architecture des Trois Arcs mais surtout de Bernard Taillefer.






 Le travail des Arcs reste un chef-d'œuvre parfait de compréhension du paysage, des usages et des choix architecturaux. Un travail d'équipe où ne domine aucune personnalité mais bien des idées partagées de ce que c'est que de "prendre" un paysage : un modèle qu'il aurait fallu suivre.



Sur le timbre de cette carte postale, le beau logotype de Pierre Faucheux vient se poser sur la Marianne.
Plein la face !
Et ceux qui l'aiment cette neige se réjouiront de ce photographe qui s'amuse des murs blancs :



la carte postale Iris ne nous dit pas grand chose de cette architecture brutale et éphémère. Elle ne nous dit rien non plus de ce photographe photographié à son tour. Deux collègues travaillant ensemble pour cet éditeur ?
Un vacancier surpris en pleine admiration et permettant au photographe de donner l'échelle de ce mur de neige ?



Son point de vue sur ce mur de neige a l'air pourtant bien original. Sa contre-plongée sur la blancheur et le bleu du ciel doit avoir produit une belle image. Sans doute, un jour, au hasard de recherches, je tomberai sur ce cliché édité en carte postale.
Cette possibilité me ferait presque aimer la neige.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire