samedi 21 novembre 2020

Ah ! Nom de Dieu ! Les belles femmes ! Euh...Les belles formes !

 


Allez, je sais bien que tout comme moi, vous n'allez pas à la piscine pour bâtir vos corps. Non, non, non. La piscine c'est bien l'occasion aussi de reluquer l'architecture...Car devant de belles constructions, puissantes, massives, aux appuis bien déterminés personne ne résiste. Et c'est bien normal. Et les architectes le savent et nous servent donc des constructions intelligentes, belles, parfaitement bien conçues, répondant à cet appel de la fonction : un corps libre dans de l'eau chaude.

Corbu aimait ça aussi et il est certain que Monsieur Chemetov (que nous admirons ici) et Monsieur Deroche (tout pareil) ont du être ravis de voir que le photographe de chez Combier avait su saisir ainsi la beauté de leur piscine de Corbeil-Essonnes. Certes, depuis son point de vue, on est un peu loin pour admirer le bâtiment et on comprend vite que le photographe avait envi de cadrer autre chose, d'autres architectures. Mais Nom de Dieu quelle belle piscine ! Que j'aimerai à mon tour prendre la petite échelle et me glisser dans le bassin bleu. Je ne peux m'empêcher de penser à la joie de ces deux jeunes femmes de se voir ainsi immortalisées dans des poses de Pin-Up et d'apporter ainsi à cette architecture toute la grâce et la féminité de leur jeunesse. Bien entendu, j'imagine aussi que ces deux naïades ont certainement empêcher les correspondants de bien se concentrer sur l'essentiel de cette carte postale : l'architecture de messieurs Deroche et Chemetov. On note que le photographe est bien vu par les nageurs et qu'il ne fait aucun doute qu'il cadre en pleine complicité avec les deux jeunes femmes. On se rappelle de l'expérience d'un autre photographe dans une piscine ici :

https://archipostcard.blogspot.com/2011/07/le-piege-de-lombre.html

Comme je voudrai aussi vous voir vous concentrer à nouveau sur l'architecture (car c'est bien là l'objectif de ce blog) je vous donne cette autre carte postale de cette piscine de Corbeil-Essonnes toujours par Messieurs Chemetov et Deroche :



Alors ? C'est beau non ? Et sans Pin-up ! Comment ne pas aimer le grand panneau décoratif venant contrasté avec le béton brut des volumes d'accès et de la cheminée ? On y reconnait bien le langage architectural de nos deux compères. Depuis cette carte postale Combier colorisée, les panneaux justement sont très étranges, très organiques. Ce "Mur Lumière " est de François Chapuis. Notre Guide vénéré d'Architecture nous donne beaucoup d'indication sur cette belle réussite : 





On notera que pour la photographie de leur guide, ni Dominique Amouroux, Ni Messieurs Crettol et Monnet les auteurs n'ont cru bon de placer ainsi au premier plan les demoiselles plus haut visibles. Sans aucun doute que le sérieux de leur travail, leur jeunesse, le respect du aux architectes ne leur permettaient pas de se laisser aller à de telles précisions des usages du bâtiment. Dominique Amouroux nous dira bien si il avait enfilé son maillot de bain pour visiter toutes les piscines présentées dans le guide ! Comme quoi, finalement, les amateurs d'architectures contemporaines et les photographes de cartes postales n'ont pas tout à fait la même logique d'approche de l'architecture. 

Vous trouverez à droite de votre écran tous les articles consacrés à Paul Chemetov ou à l'A.U.A. 

On note que sur Ebay, vous pouvez vous offrir un Mur Lumière de François Chapuis pour 130 000 euros. Qu'attendez-vous ?





Aucun commentaire:

Publier un commentaire