mardi 7 août 2018

Un Paradis à classer

Il y a bien longtemps que je n'ai évoqué avec vous notre guide vénéré, le Guide d'architecture contemporaine en France de Messieurs Amouroux, Crettol et Monnet.
Voilà qui va être réparé grâce à une découverte étonnante :






































Cette carte postale, pour le coup très contemporaine, nous montre un ensemble d'immeubles appelé "Paradis Saint-Roch" à Martigues. Lorsque je l'ai découverte, j'ai d'abord pensé aux belles volumétries de Anger et Puccinelli mais l'ordre y était moins cinétique, il y a là quelque chose de plus secoué, frénétique, et d'un désordre géométrique comme poussé naturellement.























La carte postale en question nous donne beaucoup d'informations. D'abord les architectes C. Delaugerre et E. Manolakakis. On nous donne aussi la date, 1968 ! Soit exactement 50 ans ! Joyeux anniversaire donc ! L'éditeur est Art et Patrimoine qui semble une émanation directe de la mairie de Martigues voulant promouvoir son Patrimoine, on voit le logotype de la ville imprimé. Le nom du photographe de cette carte postale est Pierre Ricou qui est un excellent photographe. Nous manquent donc la date du cliché et celle de l'édition. Certainement, vu la voiture et la typologie éditoriale de la carte postale, que nous pourrions indiquer les années 80.
Avez-vous remarqué comment Pierre Ricou, très malin et sensible, absorbe dans son cadre le bleu du ciel, le bleu flouté de la voiture qui passe et, contrepoint idéal, le bleu de la serviette de bain ou du drap qui pend à la fenêtre ? N'est-ce pas là une bien belle composition ? Il a attendu aussi que le soleil fabrique des ombres pour que les volumétries sensibles et utiles de cet immeuble nous réjouissent l'œil !
On note que la carte postale nous indique aussi qu'il s'agit d'un immeuble pilote du Moulin de France. Est-ce que ce pilote a été suivi d'autres ensuite ?
Regardons ce que nous dit le guide de Monsieur Amouroux :
















On remarque que Dominique Amouroux cite P. Braslawsky. Or ce nom n'est pas crédité comme architecte par l'éditeur de la carte postale. Le ton est militant, grave et même enragé. Tout ce que l'on aime ici !
On trouve aussi crédité C. Comolet et là, les plus fidèles lecteurs et lectrices de ce blog reconnaîtront donc des noms que nous avions déjà évoqués ici pour le casino d'Argelès-sur-Mer !
http://archipostcard.blogspot.com/2009/05/faites-vos-jeux-de-jour-comme-de-nuit.html
Enfin, on notera que le CAUE des Bouches-du-Rhône a publié une remarquable fiche-affiche sur cet ensemble et que je ne saurais faire mieux pour vous raconter l'histoire et les particularités de ce remarquable ensemble.
http://www.caue13.fr/sites/default/files/fichaffiche_03_moulindefrance_rv.pdf
On peut donc conclure que cette carte postale :
1 permet de voir une expérience superbe de logements sociaux
2 permet de voir comment un photographe sait le regarder
3 qu'une ville reconnaît là du Patrimoine
4 qu'il serait temps, après 50 ans, de classer Monument Historique cette expérience, au vu de son exceptionnalité, de son état, de sa place dans l'histoire du logement social, de sa reconnaissance positive par la critique architecturale et par les institutions municipales et patrimoniales. Qu'est-ce qu'on attend ? Madame Nyssen ? Qu'est-ce qu'on attend ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire